« L’homéopathie, une autre voie », à voir et à revoir sans modération

Le 29 Mars, à Riom, charmante ville du Puy de Dôme , j’ai pu participer à un ciné-débat sur l’homéopathie qui a réuni environ 85 personnes.

Après la projection du remarquable film de William Suerincke: Homéopathie une autre voie, nous avons animé un débat sur la recherche en homéopathie.

Ce film est en accès libre. Vous y trouverez des témoignages de vétérinaires, d’éleveurs, de cancérologues, de chercheurs.

https://www.youtube.com/watch?v=OL6V5vqfcSs

J’ai présenté rapidement quelques études en recherche fondamentale pour répondre aux objections comme « il n’y a rien dans l’homéopathie « ou  » c’est comme une goutte d’eau dans un lac ».

J’étais en compagnie de Patrice Rouchossé, vétérinaire, acteur dans le film et auteur du livre Homéopathie et animaux.https://echosdelaterre.com/ https://www.facebook.com/animhomeo https://www.facebook.com/%C3%89chos-De-La-Terre-239747953225010

Il soigne des animaux par homéopathie depuis des dizaines d’années. Comme chez les médecins avec la tribune du Figaro et le conseil de l’ordre, une réelle cabale contre les vétérinaires homéopathes est déclenchée depuis 2019 par le collectif zétérinaires. La question, est pourquoi? Quel inconvénient à traiter les animaux par homéopathie alors que c’est ce que souhaitent certains éleveurs? Comment croire que c’est l’effet placebo qui fonctionne sur des élevages de porcs ou de dindes?

S’est ensuite exprimée Martine Andreu, pharmacienne à Perpignan qui a témoigné de l’intérêt de l’homéopathie à l’officine tant pour les patients atteints de cancer que pour d’autres pathologies chroniques, en particulier les infections des voies aériennes supérieures.

De nombreuses personnes, sages-femmes, patients, pharmaciens, vétérinaires, éleveurs ont pu témoigner aussi de leur intérêt pour l’homéopathie. Une soirée régénérante, qui donne de l’espoir pour continuer à prescrire de l’homéopathie chez l’homme et l’animal, en contribuant ainsi à lutter contre l’antibiorésistance.

INM (interventions non médicamenteuses), bien difficiles à définir!

Ce blog se veut une information sur la médecine intégrative ou la santé intégrative.

Comme je l’ai déjà traité dans plusieurs sujets, je suis convaincue que la médecine intégrative sera la médecine demain.

Pour faire simple, c’est le fait qu’un(e) patient(e) se voit dans son parcours de soin proposer le meilleur de la médecine conventionnelle et le meilleur des pratiques complémentaires , si possible grâce à un(e) coordonnateur(trice), professionnel(le) de santé qui l’aidera à choisir ce qui lui convient.

Cette vision de la prise en charge est particulièrement pertinente pour les pathologies chroniques. Citons en particulier ces pathologies sociétales émergentes comme l’endométriose mais aussi les pathologies comme le cancer qui devient grâce aux traitements efficaces une pathologie chronique , les pathologies neuro-dégénératives comme la sclérose en Plaques, la maladie d’Alzheimer. Bref ,toute pathologie où la qualité de vie est altérée durablement par la pathologie elle-même ou les traitements conventionnels et où un accompagnement global est nécessaire.

La médecine conventionnelle comprend les traitements comme la chirurgie, les médicaments classiques (antalgiques, chimiothérapie, anesthésiques, traitements hormonaux, somnifères, antidépresseurs…). Qui dit conventionnel, dit « basé sur des preuves » ou « prouvé par la science »

Les pratiques complémentaires sont toutes les pratiques non conventionnelles, qui viennent en complément de la médecine conventionnelle souvent pour aider le patient dans sa qualité de vie, gérer le stress, améliorer les effets secondaires des traitements ou de la pathologie.

La frontière est ténue puisque la psychologie fait maintenant partie intégrante de la médecine conventionnelle, de même que l’activité physique adaptée puisque leur intérêt est prouvé.

A l’inverse l’acupuncture ou l’homéopathie ou la méditation n’en font pas partie, elles qui pourtant ont fait l’objet d’études ou de recherches.

L’hygiène de vie avec l’alimentation et les comportements « santé » ne sont classés nulle part…

Le terme d’intervention non médicamenteuse (INM) apparait de plus en plus souvent dans les prises en charge de pathologies chroniques. Cette notion est apparue tout doucement, appuyée par un rapport HAS de 2011, qui incite les professionnels de santé à prescrire des thérapeutiques non médicamenteuses validées .https://www.has-sante.fr/jcms/c_1059795/fr/developpement-de-la-prescription-de-therapeutiques-non-medicamenteuses-validees

Il est bien difficile de définir les INM. D’après la plateforme CEPS (www.plateforme-ceps.fr),

« Une INM est une intervention non invasive et non pharmacologique sur la santé humaine fondée sur la science. Elle vise à prévenir, soigner ou guérir un problème de santé. Elle se matérialise sous la forme d’un produit, d’une méthode, d’un programme ou d’un service dont le contenu doit être connu de l’usager .

Elle est reliée à des mécanismes biologiques et/ou des processus psychologiques identifiés. Elle fait l’objet d’études d’efficacité. Elle a un impact observable sur des indicateurs de santé, de qualité de vie, comportementaux et socio-économiques. Sa mise en œuvre nécessite des compétences relationnelles, communicationnelles et éthiques »

http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/65114/HEGEL_2018_1_6.pdf?sequence=1

Proposition de classification des INM

Mais alors où place-t-on l’homéopathie, médecine complémentaire médicamenteuse?

Pourquoi la lithothérapie ? Où place-t-on l’aromathérapie?

Bref, nous voyons bien que chaque essai de classification des médecines complémentaires se heurte à des écueils.

Restons vigilants car « définir » consiste à « mettre des limites précises », autrement dit à « encadrer », avec le risque d’empêcher le développement ou l’essor d’une thérapeutique.

La recherche en homéopathie existe 5) L’homéopathie a une action démontrée sur des modèles végétaux

J’ai choisi de vous présenter cette revue de trois modèles végétaux impactés significativement par une solution homéopathique diluée et dynamisée . Les plantes étudiées sont les germes de blé (germination et croissance du blé) et les feuilles de tabac.

Betti L, Trebbi G, Zurla M, et al. A review of three simple plant models and corresponding statistical tools for basic research in homeopathy. ScientificWorldJournal. 2010 Dec 14;10:2330-47

Trois paramètres sont étudiés: la germination des graines de blé, la croissance des graines
de blé et l’infection des feuilles de tabac. Ces manipulations ont été renouvelées 5 fois.

La méthode consiste à traiter un groupe de germes de blé avec Arsenic 45 DH versus un groupe contrôle. L’étude est réalisée en aveugle, c’est à dire que l’expérimentateur ne sait pas si la plante reçoit de l’eau ou une solution d’Arsenic diluée et dynamisée.

En ce qui concerne les feuilles de tabac, elles sont intoxiquées par un virus mosaïque du tabac et on observe la nécrose des feuilles.

Le traitement des plantes par de l’arsenic 45DH montre :

-Une augmentation significative (12% par rapport au contrôle) du nombre de graines germées p < 0,001

-Une augmentation significative de la croissance du blé (20%) (p < 0,001)

-Une réduction des lésions nécrotiques sur les feuilles de tabac (p < 0,001) cf ci-dessous

En conclusion : le traitement homéopathique d’Arsenic 45DH montre un effet sur la germination et la croissance des graines blé ainsi que sur l’infection des feuilles de tabac par un virus.

Le Pr Lucietta Betti est une scientifique italienne non homéopathe qui fait partie du GIRI (international infenitisimal research group) et a publié plus de 155 études sur pubmed , dont 19 sur l’homéopathie.

Sans autre commentaire…

La recherche en homéopathie existe 4) la dynamisation modifie la structure de l’eau

Appareil de Résonnance Magnétique Nucléaire

Un médicament homéopathique est dilué mais il est aussi dynamisé.

La dynamisation est une étape de la fabrication d’un médicament homéopathique qui consiste à agiter de façon puissante une solution. Cette dynamisation peut être mécanisée, elle est alors de 150 secousses en 7 secondes.

La dynamisation est une étape qui suit chaque dilution. Plus le médicament est dilué, plus il a été dynamisé (secoué).

Plusieurs études de recherche fondamentale se sont intéressées à cette dynamisation et ont montré une différence entre une solution non dynamisée et une solution dynamisée. Les nouvelles technologies comme la résonnance magnétique nucléaire , des méthodes de microscopie, la thermoluminescence, la streptoscopie par UV sont des outils performants pour étudier l’infiniment petit et en particulier pour reconnaitre les solutions dynamisées ou non.

Cette différence entre une solution dynamisée ou non pourrait s’expliquer par la formation de nanostructures donnant des propriétés physico-chimiques différentes à la solution dynamisée par rapport à la solution initiale.

Alors à ceux qui vous diront : « l’homéo, c’est comme une goutte d’eau diluée dans un lac », rappelez leur que le médicament homéo n’est pas seulement dilué, mais il est aussi dynamisé , ce qui n’est pas le cas dans un lac et que cela lui confère des propriétés particulières.

Demangeat JL. Gas nanobubbles and aqueous nanostructures: the crucial role of dynamization. Homeopathy2015;104(2):101-115 4.

Van Wassenhoven M, Goyens M, Henry M, et al. Nuclear Magnetic Resonance characterization of traditiona lhomeopathically manufactured copper (Cuprum metallicum) and plant (Gelsemium sempervirens) medicines and controls. Homeopathy. 2017 Nov;106(4):223-239.

Klein SD, Würtenberger S, Wolf U, Baumgartner S, Tournier A. Physicochemical Investigations of Homeopathic Preparations: A Systematic Review and Bibliometric Analysis-Part 1. J Altern Complement Med. 2018 May;24(5):409-421.

Tournier A, Klein SD, Würtenberger S, Wolf U, Baumgartner S. Physicochemical Investigations of Homeopathic Preparations: A Systematic Review and Bibliometric Analysis-Part 2. J Altern Complement Med. 2019 Sep;25(9):890-901

La recherche en homéopathie existe 4) les neurones réagissent à l’homéopathie

Une solution homéopathique de Gelsemium Sempervirens stimule une hormone, l’alloprégnanolone, qui diminue le stress et l’anxiété.

L’action biologique de l’homéopathie dans les cellules neuronales

Les cellules neuronales de la moelle épinière produisent une hormone, l’alloprégnanolone, qui diminue le stress et l’anxiété. L’étude consiste à séparer des neurones en deux groupes. L’un reçoit de l’eau et l’autre reçoit une solution dynamisée et diluée de Gelsemium Sempervirens 5CH. 5 CH veut dire qu’on prend un centième de teinture mère de Gelsemium dilué dans 99 centièmes de solvant. On secoue la solution (dynamisation) puis on refait la dilution 5 fois en dynamisant à chaque étape. Les cellules ayant reçu des dilutions de Gelsemium produisent 5 fois plus d’alloprégnanolone que les autres cellules. Le résultat est significatif.

Mes remarques

-Difficile d’imaginer un effet placebo sur des cellules en éprouvette!

-Cette étude ne veut pas pour autant dire que le médicament Gelsemium 5CH est efficace chez l’humain mais pour les médecins, pharmaciens, sages-femmes, patients qui connaissent bien les effets cliniques de Gelsemium homéopathique, c’est une piste pour comprendre le mécanisme d’action.

Venard C, Boujedaini N, Mensah-Nyagan AG, Patte-Mensah C. Comparative Analysis of Gelsemine and Gelsemium sempervirens Activity on Neurosteroid Allopregnanolone Formation in the Spinal Cord and Limbic System. Evid Based Complement Alternat Med. 2011;2011:407617.

Olioso D, Marzotto M, Moratti E, Brizzi M, Bellavite P. Effects of Gelsemium sempervirens L. on pathway-focused gene expression profiling in neuronal cells. J Ethnopharmacol. 2014;153(2):535‐539.

Marzotto M, Olioso D, Brizzi M, Tononi P, Cristofoletti M, Bellavite P. Extreme sensitivity of gene expression in human SH-SY5Y neurocytes to ultra-low doses of Gelsemium sempervirens. BMC Complement Altern Med. 2014;14:104.

A retenir : Certaines solutions homéopathiques ont une action sur les cellules neuronales en augmentant la production d’alloprégnanolone, hormone qui diminue le stress et l’anxiété .

Homéo aux côtés de la Vaccination anti-Covid

Photo de cottonbro sur Pexels.com

Vous l’avez compris, nous , médecins, portons beaucoup d’espoirs sur la vaccination anti-covid. L’effet escompté est à court terme la diminution des formes graves et à plus long terme la diminution de la propagation du virus.

Ces vaccins ont une sécurité satisfaisante d’après les études, ce qui signifie qu’il y a peu d’effets secondaires graves signalés. La balance bénéfice/risque est sans aucun doute en faveur de la vaccination. Cependant, les effets secondaires dits légers sont décrits. https://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/COVID-19?gclid=Cj0KCQiAvbiBBhD-ARIsAGM48bw97hZUUcqEmrbz8C43W0qXbM8vtTBj2c-JvhLVsaosPjY3w-L3KUcaAg4wEALw_wcB

https://www.univ-rennes1.fr/actualites/vaccination-anti-covid-les-explications-de-nos-experts

Pourquoi ne pas tenter de les prévenir ou de les atténuer par l’accompagnement de la vaccination en homéopathie?

Les effets secondaires les plus fréquemment rapportés sont: au moment de l’injection, une réaction locale de type inflammatoire (rougeur, douleur, gonflement), une réaction allergique plus générale, et dans les jours qui suivent un syndrome grippal , avec possibilité de fièvre, les douleurs musculaires, des courbatures, les maux de tête et des sensations de fatigue.

En fonction du type de vaccins, les réactions sont variables: le vaccin Astra Zeneca est pourvoyeur de plus d’effets secondaires généraux qui durent 5 à 7 jours après la vaccination, mais les mêmes effets sont décrits pour tous les vaccins.

Voici un « protocole » homéopathique très simple basé sur les effets secondaires les plus communément rapportés:

La veille de la vaccination: SILICEA 15 CH une dose. L’objectif de ce médicament est d’améliorer la réponse immunitaire

Le jour de la vaccination: APIS MELLIFICA 30 CH , une dose pour limiter la réaction inflammatoire au point d’injection et le risque de réaction allergique

Après la vaccination: GELSEMIUM 15 CH 5 granules 3 fois par jour pendant 4 jours pour limiter les réactions générales de type fièvre douleurs musculaires, fatigue, maux de tête (syndrome grippal)

Les médicaments homéopathiques ne sont plus remboursés par la sécurité sociale depuis Janvier 2021. Pour autant, nombreuses sont les mutuelles, assurances complémentaires à proposer des options remboursant ces médicaments sur présentation d’une prescription médicale. Renseignez vous auprès de votre mutuelle .

j’ai un OMPK , comment envisager une prise en charge intégrative?

Lors de l’article précédent, nous avons vu les critères diagnostiques et les causes du syndrome des ovaires micropolykystiques qui touche 8 à 13% des femmes.

La prise en charge de ce syndrome DOIT ETRE INTEGRATIVE, c’est à dire qu’il n’y a pas de médicaments qui guérissent ce syndrome, c’est une conjonction d’actions thérapeutiques mais aussi personnelles qui vont permettre l’amélioration voire la guérison du syndrome.

*L’hygiène de vie est fondamentale: en cas de surpoids, une perte de 10% réduit l’hyperandrogénie et a un effet bénéfique sur l’ovulation.

3 piliers comme toujours dans l’hygiène de vie , l’activité physique, l’alimentation et la gestion du stress.

-L’activité physique quotidienne présente  un intérêt. En cas de surpoids, elle va aider à corriger ce surpoids et quel que soit le poids,  elle améliore l’axe hypothalamo-hypophyso-ovarien et le fonctionnement du cycle.

-Une alimentation équilibrée alimentation a un rôle majeur pour moduler l’insulino-résistance, fréquente chez ces patientes et contribuer au contrôle du poids. En cas d’OMPK, il faut particulièrement  limiter les aliments à index glycémiques élevés, arrêter les grignottages et les boissons sucrées proscrire les aliments industriels souvent riches en sucre Un  agent insulino-modulateur, le myo-inositol a montré dans quelques études son action sur l’ovulation chez les patientes qui présentent un déficit en myo-inositol ovarien. Il  se trouve naturellement dans  les légumes (petits-pois et choux fleurs) , les céréales et les fruits (surtout oranges, pamplemousses e fraises),  le riz complet, le grain sarrasin, l’avoine et l’orge et certaines viandes, comme le bœuf ou le porc . Il peut être prescrit  sous forme de compléments alimentaires.

-La gestion du stress avec des techniques simples de cohérence cardiaque ont aussi un impact sur le fonctionnement hormonal.

*Parmi les médecines complémentaires, l’homéopathie a toute sa place dans la prise en charge de ces patientes, à toutes les étapes . Lors des troubles du cycle, des prescriptions de Folliculinum 15 CH au 8è et au 20è jour du cycle améliorent l’ovulation et peuvent réguler les cycles. Des prescriptions très individualisées de dilutions hormonales peuvent être proposées. L’acné, les troubles de l’humeur peuvent être améliorés par des médicaments homéopathiques. L’homéopathie peut aussi accompagner une volonté de perdre du poids, un traitement pour infertilité. Une consultation personnalisée est nécessaire pour individualiser les traitements.

L’acupuncture, l’hypnose peuvent avoir de nombreuses indications, dans l’amélioration du cycle, la prise en charge du stress ou des troubles du comportement alimentaire.

Les pratiques psycho-corporelles régulières  comme le yoga, Qi Gong, méditations, sophrologie ont un effet sur l’équilibre hormonal et la gestion du stress.  Les thérapies comportemento-cognitives peuvent influer sur le comportement alimentaire.

*Les traitements conventionnels visent à bloquer l’ovulation, régulant artificiellement les cycles. Il s’agit des pilules contraceptives classiques , contenant des oestrogènes et de la progestérone. Il faut éviter les pilules progestatives pures et les pilules oestro-progestatives de 2è génération qui aggravent les problèmes d’acné et de pilosité excessive. mais la prescription de pilules  de 3è et 4è génération est particulièrement à risque chez ces patientes qui présentent un risque majoré cardio-vasculaire.

A retenir: la pilule ne doit être prescrite qu’en cas de besoin de contraception ou d’hyperpilosité ou d’acné invalidantes, en l’absence de contre-indications vasculaires. Elle masque les troubles du cycle, mais ne guérit pas le SOMPK.

L’acétate de cyprotérone (Androcur® et ses génériques) était très prescrit dans cette indication d’hyperandrogénie clinique  mais les dernières données sur le risque de méningiome  en limitent l’usage.https://dochomeogyneco.com/2019/06/24/progestatifs-et-risque-de-meningiomes-faut-il-saffoler/

Les traitements hormonaux séquentiels comme la progestérone prescrite 10 jours consécutifs améliorent la régularité des cycles et déclenchent les règles.

La metformine , anti-diabétique, qui  module l’insuline ne doit être proposée qu’en cas de résistance à l’insuline avérée ou de  diabète.

En cas d’infertilité, les médecins des centres de procréation médicalement assistée proposent en première intention une stimulation par citrate de clomifène puis en deuxième intention des gonadotrophines exogènes injectables . Une intervention sur les ovaires peut améliorer l’ovulation (drilling ovarien).

Certaines études montrent un intérêt futur pour des antagonistes des récepteurs de la Gn RH (Gonadotrophine releasing Hormone) , hormone cérébrale qui déclenche les sécrétions d’hormone hypophysaire. Tout partirait donc du cerveau…

Pour résumer, le syndrome des ovaires micropolykystiques comme toute pathologie multifactorielle doit être pris en charge de façon intégrative, en alliant hygiène de vie, pratiques complémentaires et traitements médicamenteux conventionnels si nécessaire.

 

 

Je « prends » du Lutéran® ou Lutényl®. Quelles alternatives?

Je pense à vous, pauvres patientes qui subissez ou allez subir un arrêt de traitement brutal, une angoisse en attendant les résultats de l’IRM cérébrale et une interrogation sur le remplacement de votre traitement. Et pas de vrai coupable à incriminer…

En effet, cette histoire n’est pas un scandale sanitaire . Jusqu’à présent, il n’y a pas de doute émis sur la commercialisation correcte  de ces médicaments Lutényl® et Lutéran®, aucune suspicion de données cachées ou truquées. Le sur risque de méningiome a été évoqué suite aux constatations d’augmentation du risque chez les patientes sous Androcur® et génériques (acétate de cyprotérone). Les molécules étant voisines, il paraissait logique de vérifier l’innocuité au long cours de ces médicaments. Le surrisque de méningiome (tumeur cérébrale bénigne , mais qui peut comprimer le cerveau et nécessiter des interventions chirurgicales) est confirmé , augmenté par la dose et la durée de prise, avec des formes plus graves chez les femmes de 35 ans. Il s’agit d’un effet secondaire qui n’a pu être remarqué que lorsque suffisamment de femmes ont été traitées.

Relire l’article publié le 25 Juin 2020 https://dochomeogyneco.com/2020/06/25/lutenyl-luteran-surrisque-de-meningiome-confirme/

Existe-t-il des alternatives à ces médicaments?  oui, bien-sûr, tout dépend de l’indication.

Il est important de considérer qu’il peut s’agir d’une bonne opportunité de vérifier que le traitement par Lutényl® ou Lutéran® vous convient toujours. Deux questions à vous  poser: est-il toujours indiqué et la balance bénéfice/risque lui est-elle toujours favorable? Nombreuses sont mes patientes qui à l’arrêt d’un médicament pris depuis des années, s’aperçoivent d’effets secondaires qu’elles n’avaient pas identifiés.

Si la balance bénéfice/risque est favorable, le traitement par Lutényl® ou Lutéran® peut et doit être poursuivi, dans le respect des indications et en ayant vérifié par la réalisation d’une IRM cérébrale, l’absence de méningiome.

Si la balance bénéfice/risque est mauvaise ou si vous ne souhaitez plus prendre ces traitements par crainte, plusieurs solutions sont possibles:

  1. Si ces médicaments ont été prescrits pour des douleurs de règles, il est possible de prescrire d’autres médicaments progestatifs, comme la medrogestone (Colprone®), avec probablement un sentiment d’insécurité car personne ne peut savoir si d’autres effets secondaires seront dépistés dans quelques années. De plus, ce médicament est annoncé en rupture de stock, ce qui est logique puisque les médecins vont se tourner vers cette molécule. La promegestone (Surgestone®) est en arrêt de commercialisation.                                                                                                           En cas d’endométriose, un médicament à base de dienogest (Visanne® non remboursé ou son générique Dimetrium remboursé) peut prendre le relais en diminuant les douleurs de règles, mais il n’est pas contraceptif.

Il est aussi possible de faire appel à des traitements antalgiques ou anti-inflammatoires et à des pratiques complémentaires comme l’acupuncture, l’homéopathie, l’hypnose  ou des pratiques psycho-corporelles comme le yoga, la réflexologie pour apprendre à gérer la douleur. C’est le moment de refaire le point avec le médecin sur la cause de ces douleurs de règles.

2 Si ces médicaments ont été prescrits dans le cadre d’une aménorrhée (absence de règles) ou de troubles du cycle, le remplacement par de la dydrogestérone (Duphaston® et génériques) ou progestérone ( Utrogestan® et génériques…),  est possible. Les traitements homéopathiques à base de dilutions hormonales comme Folliculinum en échelle (une dose en 9 CH, le lendemain une dose en 15 CH, le surlendemain une dose en 30 CH) sont particulièrement efficaces.

3 Si ces médicaments ont été prescrits dans le cadre d’un traitement hormonal de la ménopause, le remplacement par de la Progestérone ( Utrogestan® et génériques…), ou de la dydrogestérone  (Duphaston® et génériques). C’est le seul cas où le traitement homéopathique est contre-indiqué. En effet, dans le cadre d’un traitement hormonal de la ménopause, le progestatif a pour but de protéger l’endomètre (intérieur de l’utérus) pour éviter cancer et polypes. Il doit être atrophiant et l’homéopathie n’a pas cette propriété.

4 Si ces médicaments Lutényl® ou Lutéran®  vous ont été prescrits pour une contraception, cette prescription est hors AMM , c’est à dire hors Autorisation de Mise sur le Marché et il est nécessaire de changer de contraception. Le Dispositif intra-utérin à hormones est dans la plupart des cas, une alternative sécurisante.

Mes conseils: ne pas arrêter brutalement Lutéran®, ni Lutényl® si vous n’avez pas de symptômes comme des migraines, troubles de la vision, du langage, de l’audition, vertiges, sans avoir consulté votre médecin ou demandé conseil au pharmacien. Ces professionnels de santé discuteront avec vous des alternatives.

Si vous souhaitez des conseils homéopathiques via une  consultation et que vous n’êtes pas suivie par un médecin homéopathe à proximité de chez vous, vous trouverez sur le site du SNMHF les médecins qui pratiquent des téléconsultations. https://www.snmhf.net/fr/

Appel à témoins pour sauver le remboursement de l’homéopathie

L’homéopathie a été dénigrée depuis 2 ans , « pas de molécule, pas d’efficacité », raccourci indigne de personnes qui se disent scientifiques, au mépris de toutes les connaissances dans le domaine de la physique.

Et si on interrogeait ceux qui savent, c’est à dire ceux qui ont bénéficié des traitements homéopathiques, souvent pour des pathologies chroniques réfractaires à d’autres traitements , comme les allergies ou en accompagnement de thérapeutiques pourvoyeuses d’effets secondaires pour en diminuer les effets secondaires comme en oncologie.

Mais comment faire témoigner tous ces patients et les un million trois cent mille personnes signataires de la pétition contre le déremboursement de l’homéopathie, ceux qui savent que l’homéopathie est efficace?

C’est l’action qu’a initié une association de patients en permettant des témoignages sur l’honneur via un document certifié CERFA ci-joint. Je joins aussi le mail qui accompagne cette demande (en vert dans le texte)

Je soutiens cette initiative car je crois au pouvoir des patients de faire bouger les lignes d’une médecine rendue peu convaincante par l’épisode Covid19. Nous avons bien vu les limites de la médecine  dite « scientifique », avec des études contradictoires, des médecins s’écharpant sur les plateaux télés, chacun restant sur ses positions et ses arguments sans jamais douter.

Vous , patients, avez besoin de l’homéopathie, l’homéopathie a besoin de vous.  Apportez vos témoignages pour que justice soit rendue…

« Pour l’instant, seulement quelques dizaines de témoignages viennent épauler la Défense de l’Homéopathie par les avocats commandités par l’Association pour la Promotion de la Médecine Homéopathique (APMH), soutenue par des médecins homéopathes. Donnons de la force et du poids à nos avocats pour nous permettre, demain, de pouvoir encore choisir de nous soigner par homéopathie si notre meilleure santé doit en passer par là. Saisissons cette chance.

Si vous avez choisi un jour de vous soigner par homéopathie, témoignez sur le document Cerfa , vous pouvez taper directement à l’ordinateur dans le document (vous devez cependant le signer, et recopier à la main une phrase engageant la véracité de faits que vous relatés) ET ajouter une copie de pièce d’identité pour que cela puisse être pris en compte par les avocats.

Et diffusez ce message pour que nous soyons des dizaines de milliers à témoigner.

Document Cerfa sur le lien  : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R11307

Courriel à renvoyer à apmh.asso@orange.fr

Courrier à : Pierre Lenthéric, chemin de Peissines, 30320 Marguerittes

Bien cordialement

l’APMH

Docteurs William Suerinck, Fred Rérolle, Didier Grandgeorge, Chantal Chemla, Pierre Lenthéric, Patrice Rouchossé »

 

Homéopathie , un traitement qui a du nez!

Le virus qui nous touche actuellement donne quelques symptômes inhabituels. Parmi eux, l’anosmie. ou perte d’odorat est une disparition brutale de l’odorat. Dans les symptômes du Covid 19, elle ne s’accompagne pas d’obstruction nasale, mais peut être associée à une perte du goût ou agueusie.

Pour certains médecins référents, il s’agirait d’un symptôme capable de différencier la grippe saisonnière du syndrome du Covid 19:

Une étude européenne a retrouvé plus de 80% de cas de modifications de goût ou d’odorat chez 417 patients .

Cette anosmie arriverait plus souvent chez des sujets jeunes et l’évolution des patients ayant eu une anosmie serait plus favorable.

L’anosmie peut être isolée ou être associée aux autres signes classiques du Covid 19, fièvre, fatigue, toux, courbatures.

Les recommandations sont d’éviter de mettre du sérum physiologique ou autre produit dans le nez pour éviter la dissémination du virus, d’autant qu’il n’y a pas d’obstruction nasale donc pas besoin d’humidifier le nez. Ne pas utiliser non plus d’anti-inflammatoires ou de cortisone même localement.

Alors que peut-on faire?

En l’absence de signes de gravité une hospitalisation, des médicaments homéopathiques peuvent être prescrits en cas d’anosmie, l’objectif étant d’améliorer le fonctionnement de l’organisme de façon globale et que le symptôme disparaisse ainsi rapidement . Les symptômes mentionnés dans la description des médicaments ne sont pas obligatoires pour la prescription qui repose sur  un faisceau d’arguments   .

PULSATILLA : variabilité de tous les symptômes et de l’humeur . Toux sèche. Frissons . Bouche sèche. Absence de soif, fatigue. les symptômes sont aggravés par la chaleur

PHOSPHORUS: constitution longiligne, fatigabilité, sécheresse nasale, toux sèche, irritante épuisante, soif importante, anxiété, aggravation le soir

NATRUM MURIATICUM  sécheresse de la bouche avec soir insatiable , toux sèche irritante

BELLADONNA: fièvre, céphalées battantes , langue sèche et enflée, soif intense, gorge sèche et douloureuse, avec douleurs en avalant, enrouement, toux sèche aggravée le soir et la nuit

Un conseil auprès d’un pharmacien ou d’un médecin homéopathe est pertinent car le choix du médicament homéopathique repose sur un faisceau de symptômes et sur l’étude du terrain du patient (sa morphologie, ses antécédents)

Vous pouvez bénéficier d’une téléconsultation par un médecin homéopathe en choisissant un médecin sur la liste du Syndicat National des Médecins Homéopathes Français     https://www.snmhf.net