Angoisse et Covid 19, problème et solutions

 

Vécue comme un véritable traumatisme , la maladie Covid 19 est un véritable tsunami pour la plupart d’entre nous avec la perception d’un risque vital, la sensation d’un avant et d’un après qui ne sera plus jamais pareil…

Cette pandémie a généré de l’angoisse pour de nombreuses raisons:

-la peur d’être malade ou de mourir, majorée par la connaissance de « facteurs de risque »

-la crainte qu’un proche ne soit malade ou ne meurt

-la crainte de contaminer quelqu’un

-l’angoisse liée à l’incertitude sur l’évolution de la maladie, les connaissances sur le virus , sa contagion , les modes de contamination, l’immunité malconnue

-l’angoisse liée à l’organisation quotidienne chamboulée, l’impact du télétravail ou du chômage partiel,  organiser l’intendance de la maison

-l’angoisse des décisions à prendre, mettre ou pas ses enfants à l’école, aller ou pas dans les magasins

Mais la suite donne aussi des facteurs d’avoir peur: incertitude financière, incertitude pour l’avenir du monde, crainte pour nos enfants qui devront vivre avec d’autres épidémies. Syndrome du survivant, pourquoi ne suis-je pas mort? Bref un réel stress post-traumatique …

Or l’angoisse est un facteur de baisse de l’immunité et une immunité optimale est nécessaire pour nous battre.

Comment gérer ce stress négatif? Le recours à un psychologue ou psychiatre peut être nécessaire. Mais quelques petites astuces sont à tester:

-pratiquer la cohérence cardiaque: 5 secondes d’inspiration, 5 secondes d’expiration, soit un cycle de 10 secondes, qu’on répète 6 fois, ce qui fait une minute. On répète 5 fois cette minute, ce qui fait 5 minutes de respiration. Le fait de faire 3 fois par jour cet exercice de 5 minutes, apaise, diminue l’angoisse. Aller sur l’application gratuite Respirelax pour vous guider https://www.google.com/search?q=respirelax&sourceid=ie7&rls=com.microsoft:fr-FR:IE-SearchBox&ie=&oe=&gws_rd=ssl#spf=1589819227019

-Pratiquer la respiration abdominale: en mettant une main sur le thorax et l’autre main sur le ventre. Gonflez le ventre en inspirant, rentrez le ventre en expirant, puis restez quelques secondes ventre creux. La main sur le thorax ne doit pas bouger. Faire cet exercice quelques minutes de suite.

-C’est le moment de vous mettre à d’autres pratiques psycho-corporelles, yoga, méditation, Qi gong, sophrologie…

-Et l’homéopathie

Elle est pertinente car dénuée d’interactions médicamenteuses, d’effets secondaires, et possible aussi chez les enfants et les femmes enceintes. Le médicament homéopathique est en vente libre et remboursé sur présentation d’une prescription.

En cas d’angoisse et de troubles modérés du sommeil, PASSIFLORA COMPOSE 5 granules 3 fois par jour, dans la matinée, dans l’après-midi et vers 19h, à reprendre éventuellement dans la nuit si réveil

Si angoisse avec des symptômes de type boule dans la gorge, envie de pleurer IGNATIA 9 CH 5 granules 2 fois par jour

Si trac d’anticipation, par exemple, peur de sortir dans la rue, peur d’aller dans les magasins, peur de la foule, avec tremblements, impression d’être paralysé par la peur, GELSEMIUM 9 CH 5 granules avant de sortir, à renouveler si nécessaire

 

Homéopathie , un traitement qui a du nez!

Le virus qui nous touche actuellement donne quelques symptômes inhabituels. Parmi eux, l’anosmie. ou perte d’odorat est une disparition brutale de l’odorat. Dans les symptômes du Covid 19, elle ne s’accompagne pas d’obstruction nasale, mais peut être associée à une perte du goût ou agueusie.

Pour certains médecins référents, il s’agirait d’un symptôme capable de différencier la grippe saisonnière du syndrome du Covid 19:

Une étude européenne a retrouvé plus de 80% de cas de modifications de goût ou d’odorat chez 417 patients .

Cette anosmie arriverait plus souvent chez des sujets jeunes et l’évolution des patients ayant eu une anosmie serait plus favorable.

L’anosmie peut être isolée ou être associée aux autres signes classiques du Covid 19, fièvre, fatigue, toux, courbatures.

Les recommandations sont d’éviter de mettre du sérum physiologique ou autre produit dans le nez pour éviter la dissémination du virus, d’autant qu’il n’y a pas d’obstruction nasale donc pas besoin d’humidifier le nez. Ne pas utiliser non plus d’anti-inflammatoires ou de cortisone même localement.

Alors que peut-on faire?

En l’absence de signes de gravité une hospitalisation, des médicaments homéopathiques peuvent être prescrits en cas d’anosmie, l’objectif étant d’améliorer le fonctionnement de l’organisme de façon globale et que le symptôme disparaisse ainsi rapidement . Les symptômes mentionnés dans la description des médicaments ne sont pas obligatoires pour la prescription qui repose sur  un faisceau d’arguments   .

PULSATILLA : variabilité de tous les symptômes et de l’humeur . Toux sèche. Frissons . Bouche sèche. Absence de soif, fatigue. les symptômes sont aggravés par la chaleur

PHOSPHORUS: constitution longiligne, fatigabilité, sécheresse nasale, toux sèche, irritante épuisante, soif importante, anxiété, aggravation le soir

NATRUM MURIATICUM  sécheresse de la bouche avec soir insatiable , toux sèche irritante

BELLADONNA: fièvre, céphalées battantes , langue sèche et enflée, soif intense, gorge sèche et douloureuse, avec douleurs en avalant, enrouement, toux sèche aggravée le soir et la nuit

Un conseil auprès d’un pharmacien ou d’un médecin homéopathe est pertinent car le choix du médicament homéopathique repose sur un faisceau de symptômes et sur l’étude du terrain du patient (sa morphologie, ses antécédents)

Vous pouvez bénéficier d’une téléconsultation par un médecin homéopathe en choisissant un médecin sur la liste du Syndicat National des Médecins Homéopathes Français     https://www.snmhf.net

Coup de gueule contre la désinformation NON, Fumer ne protège pas contre le coronavirus

Luky Luke avait prévu le masque!

 

Je suis au volant de ma voiture le 8 Avril . Je rentre de mes consultations et écoute une grande chaîne d’information qui rappelle en boucle le nombre de morts du Covid 19, les mesures barrières.  Et là, surprise , interview d’un chroniqueur , qui annonce comme un scoop que le tabac serait protecteur contre le coronavirus.!

Quelques études américaines et chinoises auraient avancé ces conclusions.

Quelle légèreté! Quelle absence de réflexion! Quelle méconnaissance du sujet!

-Alors qu’il est prouvé que le tabac d’après une étude chinoise  sérieuse  publiée dans le New England Journal of Medicine double les risques d’être victime d’une forme très sévère du COVID 19.

-alors que les fumeurs augmentent la possibilité de transmission du virus par le geste de porter la cigarette à leur bouche (transmission paquet de cigarette touché par quelqu’un qui aurait été contaminé et main amenant le virus à la bouche)
-alors que les fumeurs peuvent avoir une bronchite chronique obstructive avec une capacité pulmonaire réduite qui va majorer en cas d’atteinte pulmonaire le risque d’insuffisance respiratoire et compliquer les gestes d’intubation et de ventilation

Heureusement, la même chaîne d’info a donné immédiatement après cette interview désolante  la parole à une tabacologue, Marion Adler, qui a remis les pendules à l’heure. Elle a clairement expliqué qu’il était  possible que  la nicotine régule des récepteurs ACE2,.  récepteurs qui ont une action sur le syndrome inflammatoire  mais que la fumée du tabac était extrêmement dangereuse. Elle incite les fumeurs à se faire aider pour se sevrer pendant cette période de confinement et rappelle que les produits de substitution à base de nicotine sont vendus en pharmacie et remboursés sur ordonnance.

Entre nous, même s’il était prouvé que le tabac diminue les risques d’attraper le coronavirus, (ce qui n’a à ce jour pas été démontré, alors qu’il a bien été démontré qu’il augmentait les formes graves), quel intérêt d’échapper au Covid 19 pour décéder d’un cancer pulmonaire ou d’une insuffisance respiratoire quelques années après. C’est absurde…

Alors dans les défis à relever pendant ce confinement, grande mode des réseaux sociaux, je lance un appel

« Et si on arrêtait de fumer »http://www.tabac-info-service.fr

 

 

Tout sur la Toux

Merci à Geluck, dont je suis fan.

 

Je ne suis que gynécologue, mais bien évidemment, le contexte actuel me fait réviser mes basiques, en particulier la toux.

La toux est une réaction de défense de l’organisme. Elle est définie par l’expiration brusque et sonore de l’air contenu dans les poumons provoquée par une irritation des voies respiratoires. Physiologique, elle doit être respectée.

Nous toussons quand nous avalons de travers, nous toussons quand il y a de la pollution , nous toussons quand un agent infectieux viral ou bactérien irrite les voies aériennes

Il existe cliniquement plusieurs formes de toux, les  toux aigues durant moins de 3 semaines et consécutives à un agent allergique , infectieux ou irritatif local et les toux chroniques qui doivent faire rechercher une cause plus grave (bronchite chronique, cancer, reflux gastro-intestinal, certains médicaments)

La toux sèche, ou toux irritative, se reconnaît par l’absence de crachats . Elle est irritante, fatigante, aussi bien nocturne que diurne.

La toux grasse se traduit par des expectorations de mucosités. La toux peut être mixte, grasse le jour, sèche la nuit ou encore commencer par une toux sèche qui se complique en toux grasse par exemple lorsqu’une infection virale , comme une trachéite se complique en pneumopathie bactérienne

Quelques exemples de médicaments prescrits en 9 CH par exemple 5 granules 2 à 3 fois par jour

BRYONIA : toux sèche provoquée ou aggravée par le moindre mouvement, sécheresse des muqueuses et soif vive. Toux douloureuse, qui peut s’accompagner de douleurs sternales; Si fièvre, elle est d’installation progressive

DROSERA: toux sèche avec accès nocturnes, en étant couché. La respiration peut être sifflante

STICTA PULMONARIA: toux sèche incessante, fatigante avec muqueuse du nez sec, sensation d’obstruction de la racine du nez

COCCUS CACTI: chatouillement laryngé, avec toux quinteuse ramenant du mucus filant, visqueux, surtout au réveil et vers 23 heures. Toux calmée par une gorgée d’eau froide

IPECA : toux grasse entraînant des vomissements, hypersalivation

ANTIMONIUM TARTARICUM Toux productive, expectoration difficile

Et la toux du Covid 19?  Elle fait partie des principaux symptômes avec la fièvre, la fatigue et les courbatures.L’OMS rapporte dans une étude portant sur plus de 50000 chinois,  une fréquence de 68% de patients signalant une toux sèche.33% présentent des expectorations.
Le médicament homéopathique a pour but de diminuer l’intensité et la durée des symptômes. Il a sa place lorsque qu’une hospitalisation n’est pas indiquée car l’état clinique n’est pas inquiétant. Les caractéristiques de la toux rapportée par les patients font souvent prescrire Bryonia par les médecins homéopathes.

Rappelons que les facteurs imposant l’appel au 15 sont la détresse respiratoire, c’est à dire la difficulté à respirer, avec le souffle court, une aggravation importante de la toux, ce qui peut traduire une infection pulmonaire et nécessité une aide respiratoire.

En cas d’inquiétude sans critère de gravité, il est recommandé d’appeler son médecinSi le médecin rassure après une consultation ou une téléconsultation, la prise d’un traitement homéopathique est possible. Le pharmacien peut aussi conseiller en fonction du type de toux.

OUI, il existe des médicaments  efficaces en cas de toux autre que le paracetamol!

Coronavirus et homéopathie, c’est quoi le problème?

Le contexte

Nous  nous trouvons face à une pandémie liée à un virus pour lequel aucun vaccin n’existe, ni traitement validé.

Les formes cliniques sont variables, allant d’une forme asymptomatique à une pneumopathie sévère en passant par le  simple rhume , un syndrome grippal, une toux. Comme si le virus ne se comportait pas pareil chez tout le monde. En homéopathie, c’est ce qu’on appelle le terrain. Ce terrain est lié à la génétique, et aussi à des facteurs de risque personnels,  comportementaux ou environnementaux (tabac, surpoids, âge,  maladie chronique comme le diabète, les pathologies cardio-vasculaires, le cancer, mais aussi la pollution..)

Les anti-inflammatoires et les corticoïdes sont officiellement contre-indiqués car baissant l’immunité. Entre nous, je suis heureuse que ces informations circulent enfin alors que les anti-inflammatoires sont connus comme baissant l’immunité locale au niveau de l’arbre bronchique depuis bien longtemps, comme en témoigne l’étude publiée en 2018 par une équipe danoise * Il faudra nous en rappeler même après le coronavirus!

*Basille D, Thomsen RW, Madsen M et al  Non-steroidal anti-inflammatory drug use and clinical oucomes of community-required pneumonia. Am J Respir Crit Care Med 2018. doi: 10.1164/rccm.201802-0229LE

Alors quel risque à tenter de contrôler les symptômes en prenant des médicaments homéopathiques? Quel danger? Au pire, comme disent nos détracteurs, ça ne servira à rien!

Pour faire simple, où est la  place de l’homéopathie dans cet épisode viral?

-En préventif, aucun protocole homéopathique n’a fait la preuve de son efficacité.

La meilleure façon de  ne pas être malade  est de ne pas rencontrer le virus

Suivez IMPERATIVEMENT  les conseils de « mesures barrières » diffusés sur toutes les ondes: confinement, lavage fréquent des mains, distance sociale et si nécessaire, espace  minimal de 1 mètre entre les personnes, port de masque, de gants…

L’homéopathie N’EST PAS UN VACCIN.

En complément de ces MESURES BARRIERES INDISPENSABLES et NON NEGOCIABLES,  une consultation chez un médecin homéopathe ou un pharmacien peut être intéressante si vous présentez des facteurs de risque pour avoir un traitement adapté individualisé.

-En curatif, il y a clairement une place pour l’homéopathie au début de l’infection si des symptômes discrets apparaissent

Une fièvre , une toux sèche, une fatigue, des courbatures, des migraines, des irritations de la gorge, chaque symptôme peut correspondre à la prescription d’un médicament homéopathique adapté au symptôme.

Son objectif: aider l’organisme à mieux fonctionner et contribuer à une guérison plus rapide. L’homéopathie ne met jamais la vie des personnes en danger, à condition d’en respecter le s indications et les limites. Tout comme le paracetamol, le médicament homéopathique n’est pas le traitement adapté pour une détresse respiratoire, qui nécessite une hospitalisation

Toute difficulté respiratoire, fièvre très élevée ou toux qui s’aggrave doivent conduire à appeler le 15. Tout autre symptôme qui inquiète doit conduire à appeler le médecin traitant qui donnera la conduite à tenir et si la réponse est « prenez du paracétamol », en complément, un traitement homéopathique est indiqué.

Alors, s’il vous plait, NE VOUS AUTO-MEDIQUEZ PAS si vous êtes inquiets. Demandez conseil au pharmacien, au médecin. Ils sont seuls capables de vous dire si des médicaments homéopathiques peuvent être indiqués et quels médicaments sont les plus indiqués. Mais ne vous privez pas non plus de ces traitements…

 

Comment développer durablement les médecins

Dans nos études médicales il y a 30 ans, nous n’évoquions ni la santé globale, ni l’environnement, ni la prévention.

« Le développement durable est une forme de développement économique ayant pour objectif principal de concilier le progrès économique et social avec la préservation de l’environnement, ce dernier étant considéré comme un patrimoine devant être transmis aux générations futures »

En quoi les médecins ont-ils un rôle à jouer?  Ils doivent donner le bon exemple, se documenter pour informer leurs patients.

Dans nos cabinets, il existe des systèmes de tri basés uniquement sur la contagiosité des déchets.

En particulier en gynécologie et c’est compréhensible, la mode est maintenant l’usage unique, des dizaines de speculums plastiques emballés dans des dizaines de sacs plastiques balancés dans des poubelles .

Idem pour le papier que nous mettons sur les tables et qui bien évidemment sont détruits.

Mais comment faire pour recycler des speculums qui ont déjà servis?

Impossible bien-sûr
Une proposition: faire acheter à chaque patiente un speculum métallique (prix aux environs de 30 euros). La patiente l’apporterait à la consultation. Il suffirait de le nettoyer avec du savon ou une solution bactéricide. Plus de craintes de contamination, plus besoin de speculum à usage unique…

Des initiatives se créent en région.

Ainsi l’Agence régionale de Santé PACA a-t-elle initié  un projet d’accompagnement au développement durable auprès des 300 établissements de santé et des 1300 établissements médico-sociaux de la région. Cette démarche s’articule autour de thématiques telles que les résidus médicamenteux, l’énergie, les déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés, le gaspillage alimentaire, les biocides et les achats responsables.

https://www.paca.ars.sante.fr/une-demarche-de-developpement-durable-dans-les-etablissements-sanitaires-et-medico-sociaux-de-la

En tant que patients; vous avez votre mot à dire.
Demandez au médecin ce qu’il compte mettre en œuvre pour le développement durable dans son cabinet!

 

La dinde de Noël et l’homéopathie, un conte moderne

Il était une fois dans un élevage industriel des dindes qui en raison du stress, se blessaient lors du transport; les éleveurs étaient bien ennuyés car les traumatismes créaient des hématomes qui entraînaient une augmentation d’acide lactique dans les muscles et rendaient la viande impropre à la consommation. Pas le moindre médicament conventionnel  à donner, les antibiotiques, les anxiolytiques ne pouvant pas être administrés à des dindes comestibles.

Ils allèrent chercher conseil vers des vétérinaires homéopathes leur demandant une solution.

« pas de problème, nous avons les médicaments qu’ils vous faut et nous pourrions même faire une étude randomisée ; qu’en dites vous? »

Ainsi fut fait

L’étude intitulée « essai de prévention homéopathique des hématomes à l’abattoir chez la dinde »  fut menée en 1997 dans douze élevages différents de la Drôme; les médicaments homéopathiques étaient administrés chaque jour dans l’eau de boisson pendant les 3 jours précédant l’abattage, à l’insu des dindes!

2 protocoles ont été testés:

ARNICA 9CH (hématomes, ecchymoses), NUX VOMICA 9 CH (stress)  versus placebo

ARNICA 9 CH, NUX VOMICA 9 CH et GELSEMIUM 9 CH (trac) versus placebo

1200 dindes ont été abattues et les résultats ont montré la supériorité significative  des traitements homéopathiques comparées au placebo dans la diminution des hématomes alaires et surtout, les résultats étaient significativement améliorés dans le groupe qui recevait GELSEMIUM 9 CH en plus des deux autres médicaments homéopathiques.

Cette étude montrait clairement  l’efficacité des médicaments homéopathiques par rapport au placebo dans la prévention des hématomes alaires chez la dinde en élevage.

« Allons porter cette bonne nouvelle au monde entier », dirent les homéopathes

Je pris donc la parole lors d’un congrès de pharmacologie pour présenter cette étude à des pharmaciens et des médecins sceptiques et ironiques.

La réflexion la plus saugrenue que j’entendis a été de la bouche d’une pharmacologue qui ne pouvait accepter l’idée que l’homéopathie fonctionnait

« mais madame , nous ne sommes pas des dindes », me dit-elle..

J’avoue avoir eu un gros doute.

Ainsi se finit l’histoire des dindes en élevage qui bien malgré elles, montrèrentl’efficacité de l’homéopathie.
Pensez-y lorsque vous consommerez ce met pour le réveillon; si la viande est bio, peut-être que cette dinde a été soignée préventivement par homéopathie!

Joyeux Noël à tous

 

Bruchert K, les hématomes à l’abattoir ches la dinde, essai de prévention homéopathique

Thèse vétérinaire, EVNL, Université Claude Bernard, Lyon 1, 1997

Sous la responsabilité du Dr Jacquemine Vialard, Maître de conférences, Service de Pathologie infectieuse