Endométriose: la diagnostiquer précocément et plus facilement par un test salivaire

Le contexte: l’endométriose est la présence de cellules de l’endomètre en dehors de son endroit normal, l’utérus. C’ est une pathologie fréquente qui toucherait 10% des femmes, pourvoyeuse de douleurs essentiellement pendant les règles et d’un certain nombre d’infertilité. L’écart entre les premiers symptômes et le diagnostic est de 7 ans en moyenne. En cause, l’absence d’examen non invasif pour l’affirmer.

Le parcours diagnostique: la patiente consulte en général à cause de douleurs de règles ou de douleurs pendant les rapports. Elle a souvent vu son (sa) médecin généraliste, puis un(e) ou des sages-femmes ou un(e) ou des gynécologues. L’examen clinique permet parfois de suspecter l’endométriose, rarement de l’affirmer à moins d’objectiver des nodules d’endométriose dans le vagin. L’échographie pelvienne peut montrer des kystes d’endométriose ovariens mais certaines formes d’endométriose profonde échappent en général à l’échographie (sauf dans des mains d’experts). L’examen le plus performant est l’IRM qui nécessite une injection d’un produit de contraste. Il impose aussi de rester dans une machine pendant 30 minutes environ, ce qui n’est pas simple pour les personnes claustrophobes ou anxieuses. cet examen doit être interprété par des radiologues experts.

En clair, nous prescrivons beaucoup d’IRM mais souvent après des années d’errance diagnostique ou d’essais thérapeutiques.

Parfois même, le diagnostic est fait par une intervention chirurgicale, la coelioscopie lorsque les examens et la clinique sont discordants.

Nous sommes en attente en conséquence d’une méthode non invasive de « tri » des patientes fortement suspectes d’avoir une endométriose, à qui nous pourrions proposer une IRM et/ou une exploration coelioscopique. c’est l’objectif d’Endotest.

Son principe: Endotest est un test salivaire commercialisé par la société Ziwig. Il repose sur l’identification dans la salive des micro ARN qui participent à la physiopathologie de l’endométriose. L’endométriose est une pathologie inflammatoire avec prolifération cellulaire. Certains microARN interviennent dans la prolifération cellulaire, l’apoptose (mort cellulaire). Il est connu que le dérèglement de certains microARN est en relation avec l’endométriose.

L’étude princeps repose sur 200 patientes , la sensibilité du test serait de 96,7% (probabilité que le test soit positif chez une personne malade ou « vrais positifs ») , la spécificité de 100% (probabilité que le test soit négatif si la personne n’est pas malade ou « vrais négatifs »)

Il y a des « mais »:

-L’étude n’a pas considéré les jeunes-femmes de moins de 18 ans. or, c’est souvent ces jeunes-femmes qui nous posent problème car l’ IRM est agressive pour elles, et nous leur faisons courir des risques pour leur santé plus importants à leur jeune âge, en leur prescrivant la pilule sans certitude d’endométriose.

-Une seule étude sur 200 personnes mérite d’être confirmée. C’est le cas puisqu’une autre étude incluant 1000 patientes a débuté.

-Enfin, les négociations sont en cours pour savoir à quel prix le test sera commercialisé et s’il sera remboursé partiellement ou totalement. Un reste à charge trop important serait un frein à la diffusion de ce test.

Affaire à suivre! et nous l’espérons tous, une réelle avancée pour permettre rapidement le diagnostic de l’endométriose.

« L’homéopathie, une autre voie », à voir et à revoir sans modération

Le 29 Mars, à Riom, charmante ville du Puy de Dôme , j’ai pu participer à un ciné-débat sur l’homéopathie qui a réuni environ 85 personnes.

Après la projection du remarquable film de William Suerincke: Homéopathie une autre voie, nous avons animé un débat sur la recherche en homéopathie.

Ce film est en accès libre. Vous y trouverez des témoignages de vétérinaires, d’éleveurs, de cancérologues, de chercheurs.

https://www.youtube.com/watch?v=OL6V5vqfcSs

J’ai présenté rapidement quelques études en recherche fondamentale pour répondre aux objections comme « il n’y a rien dans l’homéopathie « ou  » c’est comme une goutte d’eau dans un lac ».

J’étais en compagnie de Patrice Rouchossé, vétérinaire, acteur dans le film et auteur du livre Homéopathie et animaux.https://echosdelaterre.com/ https://www.facebook.com/animhomeo https://www.facebook.com/%C3%89chos-De-La-Terre-239747953225010

Il soigne des animaux par homéopathie depuis des dizaines d’années. Comme chez les médecins avec la tribune du Figaro et le conseil de l’ordre, une réelle cabale contre les vétérinaires homéopathes est déclenchée depuis 2019 par le collectif zétérinaires. La question, est pourquoi? Quel inconvénient à traiter les animaux par homéopathie alors que c’est ce que souhaitent certains éleveurs? Comment croire que c’est l’effet placebo qui fonctionne sur des élevages de porcs ou de dindes?

S’est ensuite exprimée Martine Andreu, pharmacienne à Perpignan qui a témoigné de l’intérêt de l’homéopathie à l’officine tant pour les patients atteints de cancer que pour d’autres pathologies chroniques, en particulier les infections des voies aériennes supérieures.

De nombreuses personnes, sages-femmes, patients, pharmaciens, vétérinaires, éleveurs ont pu témoigner aussi de leur intérêt pour l’homéopathie. Une soirée régénérante, qui donne de l’espoir pour continuer à prescrire de l’homéopathie chez l’homme et l’animal, en contribuant ainsi à lutter contre l’antibiorésistance.

La recherche en homéopathie existe 6) L’homéopathie a une action démontrée sur des cellules immunitaires, les macrophages

Une très belle étude du Pr Bonamin (chercheuse et vétérinaire exerçant à l’université de Sao Paulo au Brésil), publiée en 2021, démontre l’efficacité de solutions homéopathiques sur les macrophages infectés par le BCG. J’ai eu l’occasion de présenter cette étude lors d’une conférence pour des médecins.

De quoi couper la tête à l’effet placebo de l’homéopathie, du moins dans cette étude!

L’étude est très simple: des macrophages, cellules de l’immunité qui interviennent dans la réaction inflammatoire sont infectés volontairement par le BCG (bacille de Calmett Guérin, voisin du bacille de la tuberculose).

Plusieurs groupes de cellules sont ensuite observés: certaines reçoivent une solution contenant un contrôle, sans solution homéopathique. D’autres sont traitées avec des solutions de différentes solutions homéopathiques diluées et dynamisées de Silicea et Zincum. Cette étude est randomisée et en double aveugle, c’est à dire que les laborantins ne savent pas ce qu’ils inoculent à ces macrophages.

Les macrophages ont une fonction de phagocytose, c’est à dire qu’ils sont capables de digérer des corps étrangers. Cette phagocytose comprend 4 étapes, l’adhésion à l’agresseur, l’internalisation du corps étranger, la destruction par des lysosomes (sortes d’enzymes gloutons capables de détruire le corps étranger), l’émission de cytokines , médiateurs chimiques qui signalent l’agression.

il est possible de mesurer ces étapes, en particulier l’activité des lysosomes et la production des cytokines.

Et bien, les résultats sont significatifs et certaines solutions homéopathiques plus que d’autres, en particulier Silicea 6 et 200 CH, ont une action sur la phagocytose.

Conclusion

Des solutions homéopathiques ont une action sur des cellules immunitaires et nul ne peut le nier…

Pinto SAG, Nagai MYO, Alvares-Saraiva A, Peres GB, Waisse S, Perez EC, Bonamin LV. Silicea terra and ZincummetallicumModulate the Activity of Macrophages Challengedwith BCG In Vitro. Homeopathy. 2021 Feb;110(1):52-61. doi: 10.1055/s-0040-1716367. Epub 2020 Dec 21. PMID: 33348418.

UN HOMME , UNE FEMME et le CORONAVIRUS

LE CORONAVIRUS FAIT LA DIFFERENCE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES!

La Covid 19 ne touche pas indifféremment les hommes et les femmes. Et ce n’est pas une question d’éducation!

L’homme plus touché par les formes graves

Une étude rapportée dans la revue Nature Communications constate qu’il y a 3 fois plus de risque lorsqu’on est un homme et qu’on contracte la Covid 19, d’être admis en réa que lorsqu’on est une femme. La mortalité est aussi plus élevée chez les hommes.

Peckham, H., de Gruijter, N.M., Raine, C. et al. Male sex identified by global COVID-19 meta-analysis as a risk factor for death and ITU admission. Nat Commun 11, 6317 (2020). https://doi.org/10.1038/s41467-020-19741-6

L’hypothèse émise est triple:

-une hypothèse immunologique , avec un défaut d’activité des interférons de type I (IFN1) chez les hommes, ce qui baisse les défenses anti-virales. 15% des formes graves de Covid seraient liées à un défaut d’activité de l’IFN1.

Les interférons sont de petites molécules produites naturellement par l’organisme appartenant à la famille des cytokines, capables d’organiser la défense en cas d’agression.

Il est connu depuis les années 1940 que les femmes ont la faculté de développer plus d’anticorps que les hommes. Elles se défendent mieux contre les maladies infectieuses, mais ont tendance à développer plus de maladies auto-immunes, conséquence de cet excès de réactivité immunologique (polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques par exemple)

-une hypothèse hormonale, les oestrogènes favorisent la production d’IFN 1. Les femmes sont plus sujettes aux maladies auto-immunes en raison de cette augmentation des facteurs immunitaires. La femme ménopausée est moins protégée.

-une hypothèse génétique.

Le chromosome X porte le gène des récepteurs TLR7. Il s’agit de Troll-Like-receptors qui jouent un rôle dans la défense antimicrobienne et en particulier anti-virale.

La femme plus sujette au Covid long

Les formes de Covid long sont représentées par la présence de symptômes des semaines à des mois après les premières manifestations. Cela représenterait 20% des patients après 5 semaines et 10% après 3 mois. L’expression est polymorphe, douleurs articulaires, anxiété, troubles digestifs, troubles cutanés, fatigue, palpitations, oppression thoracique…

Une étude anglaise rapporte une augmentation de symptômes persistants des mois après le Covid ches les femmes, les personnes âgées et les personnes qui ont présenté un plus grand nombre de symptômes dans la première semaine de la maladie.

Sudre C H et al: Attributes and predictors of Long-COVID: analysis of COVID cases and their symptoms collected by the Covid Symptoms Study App doi: https://doi.org/10.1101/2020.10.19.20214494 MedRxiv, 21 Octobre 2020

Le coronavirus et cette pandémie vont nous aider à comprendre les différences d’immunité entre les hommes et les femmes, avec sans doute des applications pratiques en terme de prise en charge.

Au moins un bénéfice secondaire!

Trève estivale…

Plagne Soleil, Août 2021 , soleil absent, vin blanc présent!

Je profite de cette période estivale plus calme pour remercier tous les lecteurs de mon blog. Merci pour vos retours enthousiastes, merci pour vos conseils, vos suggestions dont j’essaie de tenir compte.

Soyez certains que je prends connaissance régulièrement de tous vos commentaires.

Je tiens aussi à vous présenter mes excuses car je ne peux pas vous répondre individuellement. Beaucoup d’entre vous me demandent si je reçois des patients en consultation, quels sont les gynécologues homéopathes en France ou à l’étranger, quelles solutions pour vos problèmes de santé souvent chroniques…

Déontologiquement et médico-légalement, il ne m’est pas possible de vous répondre.

Ce blog n’est pas un espace de consultation. Il a comme objectif de vous donner mon point de vue sur une philosophie de soins, d’ouvrir les esprits vers des médecines complémentaires. Vous tous, dans vos régions avez accès à des professionnels de santé compétents et bienveillants.

Je profite aussi de cet espace pour répondre aux personnes qui postent des commentaires agressifs, soit « anti-homéopathie » qui pensent que tous les homéopathes devraient être radiés de l’ordre des médecins, soit au contraire « homéopathes fermés » qui me reprochent de parler positivement de la vaccination . Ce blog se veut tolérant , non polémique. La parole y est libre mais les « anti » de tout bord n’y trouveront pas de tribune.

Au programme dans les mois qui viennent, je vous proposerai une chronique sur le life style (style de vie) dans laquelle j’aborderai les aliments « santé », l’activité physique, la gestion du stress.

Je continuerai à vous parler de l’homéopathie, de sa place, de ses limites et de l’avancée de la recherche en homéopathie.

Je vous relaterai les différents congrès auxquels je participerai.

J’ai aussi comme projet de partager mes coups de cœur, livres ou films , concernant bien-sûr la santé, qui m’auront interpelée.

Je vous tiendrai au courant de l’avancée du Centre Ressource Lyon, centre d’accompagnement des personnes atteintes de cancer et de leur proches, géré par des bénévoles et dont je fais partie.

Ecrire ce blog est pour moi un réel plaisir . Il donne un sens différent à mon métier et me permet de diffuser mes idées autrement que dans le cadre individualisé d’une consultation.

Encore une fois, merci à vous de le suivre.

Cancers: pas toujours une fatalité…

 

 

Le rapport du Centre International  de Recherche sur le Cancer (CIRC) publié fin Août 2018 est clair: plus de 40% des cancers sont liés au mode de vie et à l’environnement

Il s’agit d’une étude financée par l’Institut National du Cancer (InCa) et réalisée par le CIRC et la collaboration de 70 experts français de recherche et santé publique.

13 facteurs de risque ont été étudiés: sans surprise, les 4 gagnants sont des facteurs de mode de vie qu’on peut modifier:  le tabac, l’alcool, l’alimentation déséquilibrée et le surpoids (et obésité), soit  38.8% de cancers évitables.

A la suite de ce rapport, les recommandations sont:

-ne pas fumer

-ne pas dépasser 2 verres de vin par jour avec des jours sans boire d’alcool ou 10 verres de vin par semaine

-manger équilibré , soit 5 portions de fruits et légumes par jour (400-500g), consommer des produits céréaliers complets non raffinés, 2 laitages, pas plus de 500 g de viande rouge par semaine, pas plus de 150 g de charcuterie par semaine

-surveiller son poids régulièrement

-avoir une activité physique de 30 minutes quotidiennement

-allaiter son enfant si possible exclusivement 6 mois

Un beau programme facile à suivre pour l’année 2019… (à part l’allaitement!)

 

La douleur, un problème mondial « Self Care Be Your Best »

Il s’agit toujours des résultats de l’ enquête remarquable « Self Care Be Your best »

Rappelons que l’enquête a été commandée par Sanofi Santé Grand Public et mise en œuvre par Ipsos dans neuf pays (Etats-Unis, Mexique, Brésil, France, Italie, Allemagne, Russie, Australie et Japon) auprès de 18090 personnes de plus de 18 ans; l’échantillon national est représentatif en termes de sexe, âge, profession et région.

-Les maux de tête

22% des personnes dans le Monde ont eu mal à la tête au cours des 12 derniers mois. Seulement 2/5 ont été renseignés sur les traitements possibles. Les personnes ayant des enfants ont plus souvent mal à la tête que celles sans enfants (CQFD!!)

Globalement, les personnes se sont plus automédiquées pour les maux de tête que pour tout autre problème de santé.

-Les douleurs abdominales

63% déclarent avoir souffert de douleurs abdominales au moins une fois au cours des 12 derniers mois. Les moins de 35 ans ont plus de douleurs abdominales que les plus de 60 ans.

Les douleurs menstruelles

60% des femmes souffrent de douleurs menstruelles et 22% connaissent mal les traitements possibles

-le mal de dos

55%, plus de la moité des adultes dans le Monde ont mal au dos au moins une fois par mois.

Les femmes souffrent plus de douleurs dans le dos que les hommes (83%/74%)

28% des patients ont consulté directement un médecin pour leur mal de dos et presque 8/10

se sont vues prescrire un médicament.
74% ont été gênées par des douleurs de dos au travail au cours des 12 derniers mois;

30% des patients déclarent ne pas pouvoir remédier à leurs douleurs abdominales ou douleurs du dos sans consulter un professionnel de santé.

A retenir: la douleur est une problématique mondiale, fréquente.
Les douleurs abdominales et douleurs de dos concernent plus de la moitié de la population des neuf pays interrogés.

La réponse médicale n’est pas toujours adaptée et l’auto-médication est courante.

Unis dans le Monde devant les petits maux au quotidien …

Une enquête remarquable « Self Care Be Your best » donne un arrêt sur image à propos des petits maux au quotidien et de l’auto-médication dans le Monde.

L’enquête a été commandée par Sanofi Santé Grand Public et mise en œuvre par Ipsos dans neuf pays (Etats-Unis, Mexique, Brésil, France, Italie, Allemagne, Russie, Australie et Japon) auprès de 18090 personnes de plus de 18 ans; l’échantillon national est représentatif en termes de sexe, âge, profession et région.

Comme prévu, 97% de ces populations souffrent au moins une fois par an de petits maux, comme les rhumes, les maux de tête, les problèmes digestifs, le stress et les troubles du sommeil.

Le stress est le problème le plus courant: 26% de la population une fois par semaine et 14% jusqu’à 3 fois par semaine.

Ces petits maux ont un impact:

26% des employés ont été obligés de prendre un jour de congés maladie au cours du dernier mois en raison d’un petit problème de santé; ce sont les allemands qui prennent le plus de congés maladie par mois (en moyenne 5,6 jours ).

-dans touts les pays, le stress a l’impact le plus significatif au travail: 72% des patients souffrant du stress chaque semaine disent que cela a un impact sur leur humeur au travail

-une personne sur 5 ayant rencontré des problèmes de stress ou de troubles du sommeil est allée consulté sur internet plutôt que de demander conseil à un pharmacien

-90% des personnes interrogées pensent pouvoir traiter un rhume sans consulter alors que seulement 54% disent pouvoir gérer leur stress ou leurs troubles du sommeil sans consultation.

A retenir: les petits maux au quotidien sont un problème mondial qui impacte sur la qualité au travail.

Les patients « se débrouillent » en consultant internet pour tenter de résoudre leurs problèmes, sans toujours avoir recours à un professionnel de santé, ce qui ouvre le champ à l’auto-médication.

365 La cohérence cardiaque pour tous, ludique et efficace

La cohérence cardiaque fait partie des pratiques psycho- corporelles; elle est simple à pratiquer et  non coûteuse .

Je vous incite à la pratiquer régulièrement pour en obtenir tous les bénéfices et pouvoir vous en servir efficacement en cas de nécessité; amusez-vous à la pratiquer avec vos enfants, dans des réunions, dans les transports en commun. Je la conseille en particulier aux personnes en traitement pour un cancer qui pourront utiliser cette méthode facilement en salle d’attente, pendant les séances de radiothérapie, en cas de stress…

Le principe de la cohérence cardiaque

Le cœur a une fréquence cardiaque qu’on repère par le pouls; par exemple, un sportif a un cœur qui bat autour de 50 battements par minute; le commun des mortels a un cœur qui bat autour de 80 battements par minute et en cas de stress ou d’activité sportive, le  cœur s’accélère parfois jusqu’à 150 battements par minute.

mais cette fréquence n’est pas stable; le cœur ralentit et accélère en permanence; la fréquence est variable et pour 4 battements par minute, la distance séparant deux battements n’est jamais identique; on appelle cela la « variabilité cardiaque »; plus cette variabilité est grande, plus l’état de santé est bon. On sait en effet, que cette variabilité s’abaisse avec l’âge, les maladies chroniques, le stress, l’angoisse, la dépression , la fatigue, la consommation tabagique, le manque de sommeil, le surpoids, la sédentarité..

Les facteurs qui augmentent la variabilité cardiaque sont les pratiques psycho-corporelles, comme la méditation, le yoga, le Qi Gong, la prière,  mais aussi une bonne hygiène de vie avec la pratique d’un exercice physique régulier, une alimentation équilibrée, une sexualité épanouie, …

Cette variabilité cardiaque est le témoin d’une bonne adaptabilité du cœur, sous la dépendance du système nerveux autonome  qui comprend deux parties:

1) le système sympathique prévu pour s’adapter aux situations de stress et utilisant l’adrénaline; devant un évènement stressant, le  cœur s’accélère, pour apporter oxygène aux muscles et pouvoir se sauver.

2) Le système parasympathique lui, calme le système, et permet la relaxation; il est véhiculé par le nerf vague et utilise l’acétylcholine.

La cohérence cardiaque est une pratique consistant à rythmer les mouvements du  cœur avec la respiration. En contrôlant la respiration, on peut contrôler son cœur ; par exemple, lorsque l’on a peur, spontanément, on bloque sa respiration et on se met en alerte; lorsque le danger passe, on souffle (on expire) , et on relâche la pression.

Lorsque l’on inspire, le cœur accélère, car le frein (système parasympathique) est inhibé. Lorsque l’on expire, le cœur ralentit.

La pratique de la cohérence cardiaque:

positionnez-vous assis dans un endroit calme; mettez sur you tube, un exercice de cohérence cardiaque qui va vous donner le rythme; inspirez sur 5 secondes, expirez bouche semi-ouverte sur 5 secondes, ce qui fait un cycle de 10 secondes; Faites cela 6 fois, ce qui fait une minute; ce cycle de 6 respirations par minute  fait rentrer le cœur en « résonance ». C’est ce qu’on appelle l’état de « Cohérence cardiaque »

Cet état est donc volontaire, temporaire

Les bienfaits de la cohérence cardiaque

-Ses effets immédiats et brefs

sensation d’apaisement et de calme, le cerveau et le cœur ralentissent; la sérénité s’installe

-Effets qui persistent quelques heures après la séance:

Baisse du cortisol, hormone du stress, augmentation de la DHEA (déhydroépiandrostérone, hormone dite de « jouvence », augmentation des Immunoglobulines A salivaires (renforcement immunitaire), augmentation de la secrétion d’ocytocyne, qui renforce le lien d’attachement aux autres, augmentation du facteur natriurétique (qui baisse la tension artérielle), augmentation des ondes alpha cérébrales qui favorisent la mémorisation, l’apprentissage , action favorable sur de nombreux neuro-médiateurs dont la dopamine (hormone du plaisir) et la sérotonine (hormone qui joue un rôle sur la prévention de la dépression et de l’anxiété), réduction de la perception du stress et d’autres émotions désagréables comme la colère.

-Effets à long terme

Ils ne sont obtenus qu’en cas de pratique régulière des exercices et apparaissent en moyenne 7 à 10 jours après des exercices quotidiens; ils durent plusieurs semaines après l’arrêt de la pratique

3 fois par jour 6 cycles de respiration pendant 5 minutes: d’où le terme de 365

Diminution de l’hypertension artérielle, de l’anxiété et de la dépression

Meilleur contrôle de la régulation du sucre, réduction du périmètre abdominal

Meilleure récupération à l’effort

Meilleure tolérance à la douleur et diminution de la douleur en particulier pour les migraines, névralgies, sciatiques

Meilleure capacité de mémorisation et de concentration

Diminution des troubles de l’attention et de l’hyperactivité

Diminution de l’inflammation chronique

Vous êtes convaincus, alors dès demain pensez cohérence cardiaque 365

pour en savoir plus

Cohérence cardiaque 365  Dr David O’Hare

Editions Thierry Souccar, 2012

Rapport australien et homéopathie: mais où est passé le premier rapport?

rapport australien

Le contexte: le contexte international est celui de levée de boucliers contre l’homéopathie: pour les plus softs, elle est « inefficace », « comparable au placebo », « au mieux efficace comme un super placebo » et pour les plus hards « dangereuse pour les patients », « relevant du charlatanisme comme les médecins qui prescrivent des médicaments homéopathiques »

Sans vouloir crier au complot, il y a cependant des évènements « bizarres » qui peuvent laisser penser à une réelle volonté de nuire à l’homéopathie.
C’est l’exemple du désormais célèbre « rapport australien »

Le NHMRC (National Health and Medical Research Council – Conseil national de la santé et de la recherche médicale) est le principal organisme de financement de la recherche médicale en Australie, il a été créé pour élaborer et maintenir des normes de santé.
En Mars 2015, il publie un rapport aux conclusions très négatives vis à vis de l’homéopathie et repris dans la presse dans le monde entier comme preuve scientifique que l’homéopathie ne fonctionne pas.

Dans les points principaux, cette étude australienne laisse entendre qu’il y a un danger à se soigner avec l’homéopathie. Cette affirmation est anti scientifique : même les anti-homéo disent que  les médicaments homéopathiques sont connus pour leur innocuité et leur très bonne tolérance (puisqu’ils sont placebo pour eux!)

Une stratégie thérapeutique basée sur l’homéopathie conduit souvent à diminuer la prise de médicaments à effets secondaires comme l’a montrée l’étude épidémiologique EPI 3.

Dès cette publication, le HRI (Homeopathy Research Institute) présidé par Rachel Roberts, s’est mobilisé afin d’apporter toute la lumière sur cette affaire.

Ils ont ainsi, avec l’aide d’avocats, découvert qu’un premier rapport de grande qualité scientifique et en faveur de l’homéopathie avait été rédigé en 2012 mais rejeté par le NHMRC, qui a commandé la rédaction d’un second rapport, celui publié en 2015.

Depuis quelques jours, HRI et 4H diffusent une vidéo retraçant cette histoire, ainsi qu’une pétition «  release the first report » dont l’objectif est de rendre public le premier rapport favorable à l’homéopathie.

Allez voir la vidéo; elle est convaincante et signez la pétition pour « retrouver »  ce premier rapport