Coup de gueule contre la désinformation NON, Fumer ne protège pas contre le coronavirus

Luky Luke avait prévu le masque!

 

Je suis au volant de ma voiture le 8 Avril . Je rentre de mes consultations et écoute une grande chaîne d’information qui rappelle en boucle le nombre de morts du Covid 19, les mesures barrières.  Et là, surprise , interview d’un chroniqueur , qui annonce comme un scoop que le tabac serait protecteur contre le coronavirus.!

Quelques études américaines et chinoises auraient avancé ces conclusions.

Quelle légèreté! Quelle absence de réflexion! Quelle méconnaissance du sujet!

-Alors qu’il est prouvé que le tabac d’après une étude chinoise  sérieuse  publiée dans le New England Journal of Medicine double les risques d’être victime d’une forme très sévère du COVID 19.

-alors que les fumeurs augmentent la possibilité de transmission du virus par le geste de porter la cigarette à leur bouche (transmission paquet de cigarette touché par quelqu’un qui aurait été contaminé et main amenant le virus à la bouche)
-alors que les fumeurs peuvent avoir une bronchite chronique obstructive avec une capacité pulmonaire réduite qui va majorer en cas d’atteinte pulmonaire le risque d’insuffisance respiratoire et compliquer les gestes d’intubation et de ventilation

Heureusement, la même chaîne d’info a donné immédiatement après cette interview désolante  la parole à une tabacologue, Marion Adler, qui a remis les pendules à l’heure. Elle a clairement expliqué qu’il était  possible que  la nicotine régule des récepteurs ACE2,.  récepteurs qui ont une action sur le syndrome inflammatoire  mais que la fumée du tabac était extrêmement dangereuse. Elle incite les fumeurs à se faire aider pour se sevrer pendant cette période de confinement et rappelle que les produits de substitution à base de nicotine sont vendus en pharmacie et remboursés sur ordonnance.

Entre nous, même s’il était prouvé que le tabac diminue les risques d’attraper le coronavirus, (ce qui n’a à ce jour pas été démontré, alors qu’il a bien été démontré qu’il augmentait les formes graves), quel intérêt d’échapper au Covid 19 pour décéder d’un cancer pulmonaire ou d’une insuffisance respiratoire quelques années après. C’est absurde…

Alors dans les défis à relever pendant ce confinement, grande mode des réseaux sociaux, je lance un appel

« Et si on arrêtait de fumer »http://www.tabac-info-service.fr

 

 

Tout sur la Toux

Merci à Geluck, dont je suis fan.

 

Je ne suis que gynécologue, mais bien évidemment, le contexte actuel me fait réviser mes basiques, en particulier la toux.

La toux est une réaction de défense de l’organisme. Elle est définie par l’expiration brusque et sonore de l’air contenu dans les poumons provoquée par une irritation des voies respiratoires. Physiologique, elle doit être respectée.

Nous toussons quand nous avalons de travers, nous toussons quand il y a de la pollution , nous toussons quand un agent infectieux viral ou bactérien irrite les voies aériennes

Il existe cliniquement plusieurs formes de toux, les  toux aigues durant moins de 3 semaines et consécutives à un agent allergique , infectieux ou irritatif local et les toux chroniques qui doivent faire rechercher une cause plus grave (bronchite chronique, cancer, reflux gastro-intestinal, certains médicaments)

La toux sèche, ou toux irritative, se reconnaît par l’absence de crachats . Elle est irritante, fatigante, aussi bien nocturne que diurne.

La toux grasse se traduit par des expectorations de mucosités. La toux peut être mixte, grasse le jour, sèche la nuit ou encore commencer par une toux sèche qui se complique en toux grasse par exemple lorsqu’une infection virale , comme une trachéite se complique en pneumopathie bactérienne

Quelques exemples de médicaments prescrits en 9 CH par exemple 5 granules 2 à 3 fois par jour

BRYONIA : toux sèche provoquée ou aggravée par le moindre mouvement, sécheresse des muqueuses et soif vive. Toux douloureuse, qui peut s’accompagner de douleurs sternales; Si fièvre, elle est d’installation progressive

DROSERA: toux sèche avec accès nocturnes, en étant couché. La respiration peut être sifflante

STICTA PULMONARIA: toux sèche incessante, fatigante avec muqueuse du nez sec, sensation d’obstruction de la racine du nez

COCCUS CACTI: chatouillement laryngé, avec toux quinteuse ramenant du mucus filant, visqueux, surtout au réveil et vers 23 heures. Toux calmée par une gorgée d’eau froide

IPECA : toux grasse entraînant des vomissements, hypersalivation

ANTIMONIUM TARTARICUM Toux productive, expectoration difficile

Et la toux du Covid 19?  Elle fait partie des principaux symptômes avec la fièvre, la fatigue et les courbatures.L’OMS rapporte dans une étude portant sur plus de 50000 chinois,  une fréquence de 68% de patients signalant une toux sèche.33% présentent des expectorations.
Le médicament homéopathique a pour but de diminuer l’intensité et la durée des symptômes. Il a sa place lorsque qu’une hospitalisation n’est pas indiquée car l’état clinique n’est pas inquiétant. Les caractéristiques de la toux rapportée par les patients font souvent prescrire Bryonia par les médecins homéopathes.

Rappelons que les facteurs imposant l’appel au 15 sont la détresse respiratoire, c’est à dire la difficulté à respirer, avec le souffle court, une aggravation importante de la toux, ce qui peut traduire une infection pulmonaire et nécessité une aide respiratoire.

En cas d’inquiétude sans critère de gravité, il est recommandé d’appeler son médecinSi le médecin rassure après une consultation ou une téléconsultation, la prise d’un traitement homéopathique est possible. Le pharmacien peut aussi conseiller en fonction du type de toux.

OUI, il existe des médicaments  efficaces en cas de toux autre que le paracetamol!

Homéopathie encore et toujours

L’annonce du déremboursement de l’homéopathie dans un contexte de dénigrement et de désinformation a des effets positifs; comme toujours en période de crise, la solidarité se manifeste, les minorités se rassemblent.

Si vous voulez comprendre ce qui a conduit à une telle situation et les irrégularités, jetez un petit coup d’œil au livre édité chez Flammarion de Valérie Lorentz Poinsot, directrice des laboratoires Boiron  qui retrace la saga de ce déremboursement programmé ; les bénéfices de la vente du livre sont reversés à l’association Mon Homéo Mon Choix

Un premier constat à l’issue de cet épisode: pas de diminution des consultations  parmi les homéopathes que je rencontre régulièrement.

un deuxième constat: j’ai été encore plus sollicitée pour intervenir dans des congrès . Je suis intervenue au  congrès de la 14è journée mondiale de soins palliatifs le 11 octobre à Lyon où j’ai pu parler à un public de soignants attentif de la place de l’homéopathie pour accompagner la fin de vie; l’association française des patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire m’a demandée d’intervenir le dimanche 13 Octobre pour parler des médecines complémentaires et de l’homéopathie comme accompagnement de cette pathologie grave.

Autre constat: les soirées « Santé Vous Libre » organisées par le collectif Mon Homéo Mon Choix font salle pleine dans toute la France; elles permettent d’échanger autour des valeurs de l’homéopathie et du respect de la physiologie et d’entendre des témoignages forts sur l’efficacité de l’homéopathie dans les pathologies de l’humain et de l’animal.
Mercredi 13 Novembre, à Lyon, Christine Filliat , vétérinaire et spécialisée en élevages industriels porcins, avicoles et bovins  a parlé de son quotidien et de la façon dont elle traitait en homéopathie pour éviter des médicaments toxiques chez l’animal ; elle s’est amusée de l’effet placebo chez les porcs, elle qui ne traite pas de façon individuelle, ne fait pas d’interrogatoire  et donne l’homéopathie dans l’eau de boisson.

Une députée Blandine Brocard, députée de la 5è circonscription du Rhône a expliqué pourquoi elle n’était pas favorable au déremboursement de l’homéopathie; il faut du courage en politique ; et bien, elle en a et elle le prouve .http://www.blandinebrocard.com/faut-il-derembourser-lhomeopathie/

Au total, des opportunités, des rencontres, une mise en mouvement de tous les acteurs , patients, professionnels de santé et politiques convaincus de l’utilité de l’homéopathie en santé .

Merci finalement aux 124 de la Tribune du Figaro https://dochomeogyneco.com/2018/03/26/retour-au-moyen-age-il-faut-bruler-les-homeopathes/ ,qui, bien malgré eux,  ont permis que l’homéopathie soit enfin dans la lumière qu’elle mérite.

 

 

REMBOURSEMENT DU MEDICAMENT HOMEOPATHIQUE : UN SURSIS

Le 10 Juillet, la ministre de la Santé, madame Agnès Buzin, annonçait sans surprise le déremboursement programmé du médicament homéopathique.

Sans surprise, puisqu’elle avait annoncé qu’elle suivrait l’avis de l’HAS et que politiquement, elle ne pouvait pas se désavouer.

La surprise est venue du calendrier; une diminution du taux de remboursement à 15% en 2020 et un arrêt en 2021.

Ce sursis va être précieux:

-L’année 2020 va permettre aux patients de prendre conscience de cette évolution-révolution que va être le déremboursement complet; j’ai encore des patients quotidiennement qui ne sont pas au courant ou qui n’ont pas perçu les sommes qu’ils auraient à débourser pour continuer à se soigner par homéopathie. Beaucoup n’ont pas encore signé la pétition qui se poursuit

-L’année 2020 va permettre à des médecins, députés, personnes influentes, qui n’étaient pas forcément convaincus de l’intérêt de l’homéopathie de prendre position pour une vraie réflexion de politique de santé; supprimer les médecines complémentaires peut être délétère et pose la question d’une dictature médicale organisée, sans réelle démarche participative.

-L’année 2020 va nous permettre de montrer à nos détracteurs toutes les études qui existent en fondamental et qui prouvent qu’il peut se passer quelque chose physiquement en-dessous du fameux nombre d’Avogadro et que tout n’est pas moléculaire.
J’ai choisi aujourd’hui de vous citer  une de celles du Pr Demangeat. La conclusion de ses nombreuses recherches, faites par Résonance Magnétique Nucléaire est sans équivoque : lorsque des très hautes dilutions   de silice, de manganèse, d’histamine sont placées  dans du solvant, il y a bien  des modifications physiques du solvant  liées à des nanostructures,  et ce,  bien en-deça de la 12 CH, c’est à dire du nombre d’Avogadro.

-En 2020, les complémentaires santé vont avoir le temps de préparer des contrats adaptés aux personnes qui se soignent (lorsque c’est indiqué) par homéopathie; j’ai discuté  avec des directeurs de complémentaires santé: leurs adhérents , qui , en plus de la médecine conventionnelle, font  confiance pour leur santé aux médecines complémentaires , (homéopathie, acupuncture, ostéopathie par exemple), sont plus actrices de leur santé, plus axées sur la prévention (ce qui est très logiquement protecteur contre les maladies chroniques) et consomment moins de médicaments allopathiques, ce qu’a montré l’étude EPI3; une bonne raison pour les fidéliser en  leur proposant des contrats attractifs et adaptés à leur philosophie de soin.

En clair, un an  devant nous pour nous mobiliser, expliquer la réalité de l’homéopathie en fondamental et en clinique et valoriser les patients et les médecins qui intègrent l’homéopathie dans leur philosophie de soins.

 

Haute autorité de santé contre le remboursement des médicaments homéopathiques

 

Rien de surprenant à cette décision: comment la Haute Autorité de Santé pouvait-elle donner un avis contraire à celui rendu par l’Académie de Médecine et l’Académie de Pharmacie?

Pourtant, des études ont été fournies conformément à la demande, plus de 150 études. Certaines études probantes ont été écartées par l’HAS de façon arbitraire. Il n’y avait aucun médecin homéopathe dans la commission de l’HAS.

Depuis le début de cette triste histoire, vu les fuites qui ont paru dans la presse, il est plus que probable que la décision était déjà prise et que rien n’aurait pu la changer.

Un simulacre de jugement qui vise à conforter l’avis de médecins pseudo-scientifiques, sans curiosité, sans humilité et remplis de certitudes, méprisant le patient dont l’avis et le ressenti sont sans importance.

Je continuerai à prescrire des médicaments homéopathiques qui sont intégrés dans ma pratique et incontournables pour moi.  Mes patients, même non remboursés, continueront à les acheter car ils savent eux, combien les traitements homéopathiques peuvent améliorer et préserver leur santé. Pour mes patients ayant un cancer, ce sera plus difficile car les traitements homéopathiques qui accompagnent les chimiothérapies doivent être pris plusieurs mois; encore un coût supplémentaire pour des patients déjà fragilisés socialement, mais pas de quoi émouvoir les pouvoirs publiques…

La mobilisation continue; la ministre de la santé rendra son avis dans les jours ou mois à venir. Même si elle a dit qu’elle suivrait l’avis de l’HAS, il est encore temps de lui montrer l’intérêt de l’homéopathie en terme de santé publique et les risques du déremboursement qui entraînera des reports des médicaments homéopathiques vers des médicaments conventionnels dangereux.

Comme dit Marc Levy, « Rien n’est impossible; seules les limites de notre esprit définissent certaines choses comme inconcevables « ; c’est vrai pour ceux qui ne croient pas à l’homéopathie et pour ceux qui croient que le déremboursement est inéluctable…

Un clic, un SMS pour défendre l’homéopathie

 

Chers amis,

sans vouloir être trop solennelle, j’attire votre attention sur l’importance de la mobilisation autour de l’homéopathie; si vous lisez mon blog depuis un an, vous avez suivi la cabale contre les médecins homéopathes, puis l’attaque contre le remboursement des médicaments homéopathiques; il faut reconnaître que tout se mélange, comme si les médecins homéopathes n’étaient que des vendeurs de médicaments… On confond pratique de l’homéopathie et remboursement des médicaments… J’aimerais croire que ce n’est pas l’homéopathie qui est menacée mais simplement le remboursement des médicaments homéopathiques, ce qui n’est pas rien, mais ne remet pas en cause la pratique de l’homéopathie par des professionnels de santé; pourtant, force est de constater que certains aimeraient que l’homéopathie soit rayée de la carte des soins en France…

Alors, une seule chose à faire, se mobiliser , mobiliser vos réseaux

-pour que nos enfants bénéficient des traitements homéopathiques lorsqu’ils ont des angines à répétition, de l’asthme, des cauchemars …

-pour que mes patients atteints de cancer puissent continuer à être soulagés des effets secondaires des chimiothérapies sans que cela rajoute un coût…

-pour que les personnes âgées bénéficient des traitements homéopathiques pour leurs troubles du sommeil, leurs troubles anxieux sans risquer des chutes iatrogènes…

-pour que les femmes enceintes ne subissent pas les petits maux de la grossesse ou de l’allaitement avec le discours habituel  « ça va finir par passer »…

-pour toutes les situations où à l’issue d’une consultation homéopathique , la prescription d’un médicament homéopathique s’impose comme  un traitement complémentaire, efficace, sans risque , sans interaction médicamenteuse et sans surcoût pour le patient.

L’homéopathie accessible pour  tous, vous le valez bien…

Signez la pétition sur   http://MonHomeoMonChoix.fr

oui à l’empathie en médecine…

Lorsque j’ai débuté mes études de médecine en 1981, on nous apprenait que l’empathie était mauvaise pour la relation médecin-malade; poser la main sur l’épaule d’un patient à qui on annonçait une mauvaise nouvelle pouvait conduire à un « transfert »; le « transfert » en psychanalyse est un processus au cours duquel des sentiments se trouvent reportés sur une autre personne. Je me souviens que je redoutais  ce transfert, comme si cela pouvait être contagieux…

Les années ont passé, mais l’empathie n’est toujours pas enseignée dans le cursus des études médicales : une étude publiée par l’équipe de psychologie médicale du Pr Triffaux (université de Liège, Belgique) montre que , alors que le taux d’empathie des 1602 étudiants en médecine est élevée en début d’études et meilleur qu’en école de commerce, il est moins bon en fin d’étude (même si pas pathologique); cela pourrait s’expliquer par le climat de compétition et de stress et un processus de déshumanisation au long des études.

Le 20 Février était diffusée à la télé une émission sur le burn out des étudiants en médecine où les étudiants ont exprimé la malveillance de certains encadrants, le peu d’empathie de leurs séniors  https://www.programme.tv/c27380062-ca-commence-aujourd-hui/depression-burn-out-nos-futurs-medecins-sont-ils-a-bout-147572005/

Alors comment maintenir le niveau d’empathie: à Liège,  les étudiants ont imaginé des jeux de rôle; A Brest, a été créé un diplôme post universitaire intitulé « Médecine de la personne »

Il est écrit dans l’énoncé du DU: « la mise en place de cette formation répond à des demandes actuellement pressantes concernant

-l’humanisation de la médecine et de ses rapports avec les personnes en demande de soins et leurs proches

-la lutte contre le burn-out des professionnels de santé

Le programme est alléchant (cf ci -dessous); il est juste navrant qu’il s’adresse à des soignants qui ont fini leur formation!

texte sur l'empathie et la communication

Alors, oui, c’est prouvé, les médecins se doivent d’être empathiques, vis à vis de leurs patients mais aussi entre eux…Non à la déshumanisation de la médecine.