ENDOVIE: l’enquête qui en dit long sur l’impact de l’endométriose sur la qualité de vie

Les symptômes comme les douleurs de règles (dysménorrhée dans le jargon médical), les douleurs pendant les rapports (dyspareunie), des douleurs pour uriner ou aller à la selle , l’angoisse, la dépression sont autant de paramètres qui altèrent la qualité de vie des femmes atteintes d’endométriose.

La prise en charge conventionnelle qui repose actuellement et préférentiellement sur des traitements hormonaux et antalgiques ne parvient pas toujours à annuler les symptômes.

L’endométriose dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises est une pathologie multifactorielle, qui émerge comme une maladie sociétale.

Endovie est une enquête qui a été menée par l’association EndoFrance, le laboratoire Gedeon Richter France et l’institut de sondage Ipsos. Elle a interrogé par internet en Janvier 2020 1557 femmes atteintes d’endométrioses, et 100 conjoints, avec un échantillon comparatif de 1004 français et françaises.

https://www.ipsos.com/fr-fr/vivre-avec-lendometriose-plus-de-1-550-femmes-en-parlent

Quelles sont les principales conclusions de cette enquête:

-L’âge moyen de début des symptômes est de 24 ans, avec un retard diagnostique d’environ 7 ans

-Lorsque les femmes commencent à souffrir de l’endométriose, elles ressentent 4.6 symptômes en moyenne.

et 78% ont des douleurs de règles

-La prise en charge améliore nettement les symptômes douloureux.

Si avant la prise en charge, les 8 patientes sur 10 environ qui ont des douleurs évaluent en moyenne ces douleurs à 7.8 sur une échelle de 10 (Echelle visuelle analogique EVA), après le diagnostic et la prise en charge, la douleur est évaluée en moyenne à 4.1

-Le diagnostic est fait le plus souvent , dans 70% des cas par le gynécologue

-80% des femmes qui se plaignent de plus de 7 symptômes ou d’endométriose profonde suivent des traitements. Un peu plus de la moitié (55%) reçoivent un traitement hormonal.

60% des femmes ont été opérées, dont 20% 2 ou 3 fois

2 femmes sur 3 se disent impactées dans leur qualité de vie, 66% dans leur vie sexuelle, 67% sur le plan psychologique, 63% sur le plan sexuel. L’impact sur le couple est important avec un retentissement pour 61% des femmes sur leur vie de couple ou les relations amoureuses. 53% décrivent des effets délétères sur les activités de loisirs

-Plus d’un tiers des femmes considèrent que l’endométriose pourrait avoir un retentissement négatif sur leur vie professionnelle, perspectives de carrière ou évolution professionnelle

-8 conjoints sur 10 se disent à l’aise pour parler de l’endométriose avec leur compagne. Pour autant, ce sujet est abordé pour 64% d’entre eux une fois par mois seulement ou moins.

-Les difficultés pour être enceintes touchent une femme sur deux et 33% ont recours à la procréation médicalement assistée.

Ce qu’il faut retenir est l’impact négatif rapporté par les femmes atteintes d’endométriose sur leur qualité de vie, tant par l’aspect psychique, physique que par les répercussions sur le couple , les loisirs, la vie professionnelle.

D’ù l’utilité d’une prise en charge globale de ces patientes et mon regret à la lecture de cette étude : l’absence de toute allusion à la place des pratiques complémentaires comme l’homéopathie, l’acupuncture, l’ostéopathie, le yoga … qui n’ont pas la prétention de guérir l’endométriose mais bien d’améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s