Les frottis cervico-utérins n°1 Pourquoi? Comment? Pour qui? Par qui?

Le frottis cervico-utérin consiste à dépister des lésions du col liées le plus souvent à la présence d’un Papilloma Virus, qui abîme les cellules du col.  La prise en charge des lésions pré-cancéreuses a pour but de diminuer l’incidence et la mortalité des cancers invasifs du col de l’utérus ; les cancers du col de l’utérus représentent 2 757 nouveaux cas par an et causent le décès d’environ 1 000 femmes. Ces cancers diminuent depuis plus de 30 ans en France, notamment grâce au dépistage par frottis cervico-utérin.

La réalisation d’une cytologie cervico-utérine est recommandée chez les femmes de 25 à 65 ans, en activité génitale, tous les 3 ans, après deux cytologies normales réalisées à un an d’intervalle.

Faire un frottis,  consiste à prélever lors d’un examen gynécologique des cellules du col de l’utérus au niveau de la jonction entre l’endocol (intérieur du col) et l’exocol (extérieur du col);  deux techniques sont possibles :

étalement des cellules sur lames avec fixation (prélèvement avec une spatule d’Ayre en bois et avec une brosse appelée cytobrush)

ou phase liquide (prélèvement avec une spatule en plastique appelée cervex-brush)

Ils doivent être réalisés en dehors d’une période de règles, avant le toucher vaginal, sans lubrifiant, sans ovule , ni douche vaginale dans les 48h précédant l’examen.

Les frottis peuvent être pratiqués par un médecin généraliste ou gynécologue, une sage-femme ou un médecin en laboratoire (sur prescription médicale).

Les frottis anormaux concernent  3,9 %, soit 235 000 femmes chaque année ; des lésions précancéreuses ou cancéreuses concerneront plus de 31 000 femmes.

Il est admis que l’évolution naturelle des lésions du col passe par des stades différents de gravité croissante; chaque lésion pré-cancéreuse peut évoluer vers une lésion cancéreuse, persister ou régresser même sans traitement.

Les  anomalies de frottis les plus fréquentes NON cancéreuses mais potentiellement à risque sont: les frottis ASC-US (A typie des C ellules S quameuses-  US = U ndetermined ), les frottis LSIL ( Low grade Superficial Intra Epithelial Lesion) et les frottis HSIL (High grade Superficial Intra Epithelial Lesion)

Les lésions les plus fréquentes affectent l’épithélium malpighien du col de l’utérus et sont situées la plupart du temps sur l’exocol . Elles sont appelées néoplasies cervicales intraépithéliales ou CIN. Elles étaient  classées en trois grades selon le degré de désorganisation de l’épithélium par les cellules anormales, allant de CIN1 (le tiers de l’épithélium est touché, à CIN 2 (2/3 de l’épithélium touché), à CIN3 (toute l’épaisseur de l’épithélium est touché)

La classification la plus récente ne distingue que deux types de lésions :

  • Les lésions malpighiennes intraépithéliales de bas grade (LSIL) qui correspondent aux CIN1, qui régressent spontanément dans plus de la moitié des cas et évoluent dans 1% des cas seulement vers un cancer
  • Les lésions malpighiennes intraépithéliales de haut grade (HSIL ) qui correspondent aux CIN2 et CIN3,qui peuvent régresser mais ont un risque d’évolution vers un cancer supérieur à 5% pour les CIN2 et 12% pour les CIN3.

Nous verrons dans les articles suivants les nouvelles recommandations de prise en charge (surveillance, traitement)  en fonction des anomalies, la place du dépistage du Papilloma virus, les intérêts et les limites du vaccin antiPapillomavirus

A retenir:

-le frottis reste un élément fondamental de dépistage et de prévention des lésions cancéreuses du col de l’utérus; il doit être réalisé tous les 3 ans entre 25 et 65 ans

-avoir une anomalie sur un frottis ne veut pas dire qu’un cancer suivra puisque toutes les lésions pré-cancéreuses peuvent régresser spontanément

 

4 Juillet 2017: adoption d’un texte de loi européen sur les perturbateurs endocriniens

Il y a 20 ans, j’écoutais le professeur Charles Sultan, endocrinologue pédiatre de Montpellier parler dans un congrès des perturbateurs endocriniens; les médecins souriaient autour de moi et personne n’y croyait vraiment.
20 ans après, plus personne n’a de doute sur le risque foetal de l’exposition des femmes enceintes aux perturbateurs endocriniens.
La première étude nationale sur l’exposition des femmes enceintes aux polluants organiques a été publiée par Santé Publique France le 7 décembre 2016; les résultats sont accablants.

Il s’agit d’une étude portant sur 4145 femmes enceintes ayant accouché en France continentale en 2011; les polluants organiques mesurés dans l’étude sont le bisphénol A, les phtalates, les pesticides et certains polluants organiques persistants (POP). La quasi totalité des femmes enceintes étudiées présentent dans leur organisme des polluants organiques; 99,6 % ont été exposées à au moins un phtalate à un niveau de concentration quantifiable. La plus forte concentration concerne le DEP, un phtalate utilisé dans les cosmétiques et produits d’hygiène. Le bisphénol A a été retrouvé chez 70% des patientes,  avec une imprégnation supérieure chez les femmes ayant le plus consommé « d’aliments susceptibles d’avoir été en contact avec des matières plastiques ou des résines contenant du BPA comme des aliments pré-emballés dans du plastique ou en boîtes de conserve, vin, eau en bouteille ou en bonbonne », précise l’étude.

Le 4 Juillet 2017, un texte de loi européen définit enfin la notion de  perturbateurs endocriniens; ce texte marque une avancée dans la reconnaissance des risques liés aux perturbateurs endocriniens, même s’il est insuffisant pour de nombreux observateurs.

Bruxelles, le 4 juillet 2017

Aujourd’hui, les représentants des États membres se sont exprimés en faveur de la proposition de la Commission européenne relative à des critères scientifiques permettant d’identifier les perturbateurs endocriniens dans le domaine des produits phytopharmaceutiques. Il s’agit d’une étape décisive sur la voie d’une meilleure protection des citoyens contre les substances nocives.

L’intégralité du texte n’est pas publiée à ce jour.

Le texte se base principalement sur la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui explique que les perturbateurs endocriniens sont « des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants ».

Les perturbateurs endocriniens peuvent être d’origine naturelle (phytoestrogènes, hormones)  ou résulter d’activités humaines (produits de consommation courante, pesticides, cosmétiques, médicaments..) Leur risque est d’avoir des effets toxiques sur la fertilité, et sur le déroulement de la grossesse (malformations, retards de croissance)

Si ce texte protecteur est appliqué, toute substance active utilisée dans les pesticides identifiée comme perturbateur endocrinien pour les personnes ou les animaux pourra être évaluée et retirée du marché.

Dans un communiqué cosigné par Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique et solidaire, Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé et Stéphane Travert, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, le gouvernement français indique qu’il va aller plus loin que ce qui a été décidé, en interdisant unilatéralement certaines substances sur le territoire en fonction de leur dangerosité.

Soyons vigilants et surveillons l’application de la loi qui devrait conduire à des programmes de recherche pour préciser la place et l’impact des perturbateurs endocriniens

 

Dans un prochain article : les risques des perturbateurs endocriniens chez la femme enceinte

LES MYCOSES VULVO-VAGINALES A REPETITION : le plus de la médecine intégrative?

Les pathologies vulvaires et en particulier les mycoses vulvo-vaginales font partie de notre quotidien en tant que gynécologues et toutes les patientes qui en souffrent ont pu constater la plupart du temps que la prise en charge conventionnelle était décevante.

Les mycoses sont liées à un champignon appelé candida ; ce champignon n’est pas forcément pathogène (responsable de symptômes) et sa seule présence dans un prélèvement vaginal ne suffit pas à dire qu’il existe une pathologie à traiter.

Les symptômes évocateurs d’une mycose vulvo-vaginale sont les pertes blanches (appelées leucorrhées), les démangeaisons, l’œdème de la vulve; il peut de façon plus rare, exister des fissures vulvaires, des ulcérations ressemblant à des aphtes. Les pertes odorantes ne sont pas un symptôme de cuissons

Les circonstances de survenue d’une mycose sont : la période prémenstruelle surtout s’il existe un dérèglement hormonal, certaines contraceptions (pilules,  dispositifs intra-utérins à hormones qui modifient les règles), la prise d’un antibiotique (qui modifie la flore), l’immersion régulière en piscine chlorée (pour la même raison que l’antibiotique), le stress, une hygiène excessive (épilation complète, toilettes répétées avec des savons agressifs pour la flore), un diabète ou une consommation excessive de sucre.

Le traitement conventionnel d’une mycose consiste à administrer un anti-fongique localement (ovules et crèmes), à base de dérivés imidazolés; ces produits vont détruire les champignons présents dans le vagin.

Malheureusement, si la cause n’est pas corrigée, les mycoses ont tendance à récidiver, entraînant le désespoir des patients et des médecins qui mettent alors en route des traitements d’antifongiques per os, d’anesthésiques locaux..

La prise en charge en médecine intégrative consiste à tenter de modifier le terrain : on s’attaque à la cause de la persistance ou du retour des champignons dans le vagin. Il faut par un interrogatoire policier chercher les facteurs de risque de ces mycoses chroniques

-contrôler la consommation de sucre: les champignons se développent dans les milieux sucrés; il faut réduire la consommation d’index glycémiques élevés (pain, pommes de terre et tout aliment au goût sucré)

-faire attention à l’hygiène excessive: une seule toilette par jour, pas d’épilation complète, usage de savon neutre

-n’utiliser des antibiotiques que si vraiment nécessaire et dire à votre médecin que vous êtes sujette aux mycoses (certains antibiotiques comme l’amoxycilline agressent beaucoup la flore vaginale)

-limiter le stress qui baisse l’immunité (techniques de relaxation, médecines complémentaires )

-améliorer l’équilibre hormonal du cycle (par exemple changement de contraception, homéopathie pour régulariser le cycle..)

-modifier le terrain et rétablir l’équilibre par un traitement homéopathique de fond

Ce dernier point sera le thème d’un autre article .

 

_l

 

 

 

Intervention aux journées de la Santé 2017

logo journée de la SantéLes Journées de la Santé se tiendront les 10 et 11 mai, à la Cité Internationale de Lyon.

Cet événement s’adresse au grand public et propose une vingtaine de conférences, animées par des acteurs régionaux de la santé.

J’interviendrai le jeudi 11 mai, à 14h, sur le thème « Périménopause et ménopause : être bien accompagnée avec l’homéopathie »

Pour vous inscrire et découvrir le programme complet des conférences.

 

La mammographie entre 40 et 50 ans: le mieux est l’ennemi du bien

 

A l’heure où l’information fait partie intégrante des consultations médicales , quelle information loyale et éclairée devons-nous donner à nos patientes sur l’indication d’une mammographie avant l’âge de 50 ans?

Nous gynécologues, avons pris l’habitude de proposer (ou parfois même d’imposer) la réalisation de mammographies tous les deux ans dès l’âge de 40 ans, sur des communications entendues dans certains congrès ou sur des convictions personnelles; pas très scientifique..

Pourtant , actuellement les recommandations sont très claires

La HAS considère qu’aucun dépistage spécifique par imagerie ne doit être proposé en dehors de la participation au programme national de dépistage organisé, soit entre 50 et 74 ans, chez des femmes qui n’ont pas de facteur de risque. http://www.has-sante.fr/…/cancer-du-sein-modalites-specifiques-de-depistage-p…

L’institut national du cancer ( mise en jour du 17/09/15) prend franchement position

« Avant l’âge de 50 ans, il est inutile de recourir à des actes de dépistage du cancer du sein, sauf si vous avez un niveau de risque considéré comme élevé ou très élevé. En effet, il n’y a pas assez d’études ayant montré l’efficacité de ce dépistage avant 50 ans.

En revanche, un examen clinique de vos seins (palpation) est recommandé tous les ans dès l’âge de 25 ans. »

Les cancers du sein existent indéniablement chez les femmes entre 40 et 50 ans ; ils représentaient 16.5% de l’ensemble des cancers du sein en 2005 (je n’ai retrouvé aucune donnée plus récente) , soit 8211 cas sur 49814 cas,   mais plus les patientes sont dépistées, et plus le nombre de cancers du sein diagnostiqués augmente dans cette population.

Les bénéfices: le seul bénéfice à prouver est la réduction de la mortalité; certaines études font état d’une réduction de la mortalité allant   de 7 à 50%: cet écart très important doit nous rendre prudent sur l’interprétation de ces études internationales (populations différentes en terme de risque de cancer du sein , tumeurs différentes dans leur grades,  techniques de dépistage différents)

Les risques: l’irradiation qui peut être responsable de lésions d’ADN et donc de prolifération cellulaire tumorale, les faux positifs (patiente faussement inquiétée engendrant des contrôles ou des biopsies inutiles et peut-être délétères pour le sein) et les faux négatifs (mammographie considérée comme normale alors qu’un cancer est bien présent); ces deux derniers risques sont liés à la difficulté d’interprétation des mammographies des femmes non ménopausées : les femmes non ménopausées ont souvent des seins denses  comme l’illustrent les images mammographiques.

mammodigitale-sein-dense
seins denses femme non ménopausée
sein-clair-mammo
seins clairs femme ménopausée

Je rajouterais un risque qui est peu signalé: le risque iatrogène; en effet, le dépistage entre 40 et 50 ans (comme d’ailleurs après 50 ans) conduit à  découvrir chez des  patientes asymptomatiques des  cancers in situ (ne dépassant pas la membrane cellulaire), dont on ignore s’ils auraient évolué un jour en cancer infiltrant mettant leur vie en jeu. Ces patientes vont être traitées à moins de 50 ans, alors qu’elles ne sont souvent pas ménopausées  par un traitement chirurgical et une radiothérapie, induisant un risque au long cours lié à l’irradiation d’organes importants comme le cœur, les poumons, sans compter l’impact psychologique, et une diminution notable de la qualité de vie. Elles ne pourront plus prendre de contraception orale, ni de traitements hormonaux de la ménopause.

En l’état actuel de nos connaissances et dans le doute sur des risques éventuels, il parait raisonnable comme le disent les recommandations officielles de ne pas proposer un dépistage systématique par mammographie avant 50 ans, sauf facteurs de risque bien précisés par l’HAS ou souhait  argumenté de la patiente qui doit être consciente des conséquences de cet acte de dépistage.

Dans un article favorable au dépistage par mammographie avant 50 ans, un médecin concluait « à nous de faire notre métier de médecin »,je préfère la conclusion suivante « à la patiente de faire son choix en toute connaissance de cause « 

 

L’endométriose, une maladie qui refait parler d’elle

L’endométriose fait la une des journaux; maladie touchant des femmes jeunes , impactant sur leur fertilité et la qualité de vie, elle n’épargne pas les stars qui se font son porte-drapeau. Les traitements conventionnels sont parfois décevants, expliquant que les patientes se tournent vers des thérapeutiques complémentaires.

L’endométriose se définit par la présence d’endomètre dans un autre endroit que la cavité utérine; elle génère des dysménorrhées (douleurs de règles), dyspareunies (douleurs pendant les rapports), infertilité.

Elle touche presque exclusivement les femmes et atteint 10% des femmes en âge de procréer. 180 millions de femmes sont concernées dans le monde.

Actuellement, les médias se sont emparés du sujet, publiant diverses interviews de stars concernées par le problème et démunies devant les traitements proposés parfois décevants et agressifs. La chirurgie détruit uniquement les lésions d’endométrioses visibles et accessibles  (elle ne peut souvent pas enlever toutes les lésions); la prise en charge médicale conventionnelle repose sur la prescription d’hormones qui peuvent stabiliser la pathologie, mais qui sont incompatibles avec un désir de grossesse et sont parfois mal tolérées au long cours , voire même contre-indiquées.

L’endométriose est une pathologie chronique inflammatoire, multi-factorielle, (génétique, environnementale, hormonale, immunitaire, psychologique..) ; une consultation de médecine intégrative est pertinente: elle analyse les facteurs de risque personnels , le retentissement psychologique et physique de la pathologie et de ses traitements

La prise en charge associe:

-des conseils nutritionnels: diminuer les aliments anti-inflammatoires (laitages, produits industriels..), éviter les perturbateurs endocriniens, retrouver un indice de masse corporel normal (ce qui permet de limiter l’hyperestrogénie)

-des conseils d’activité physique régulière (par exemple 30 minutes de marche 3 fois par semaine) à but antalgique et anti-inflammatoire et pour diminuer la masse grasse , facteur d’hyperestrogénie

-la prescription éventuelle d’un traitement homéopathique individualisé qui traite la patiente dans sa globalité , soit en accompagnement des thérapeutiques conventionnelles, soit en relais pour prévenir les récidives.

Le choix du ou des médicaments homéopathiques peut se faire en fonction de quatre approches : choix d’un médicament devant une dysménorrhée particulière (aspect des règles, types de sensations douloureuses et modalités), choix d’une dilution hormonale si hyperestrogénie relative, choix d’un médicament car personnalité particulière, choix d’un médicament sur le type d’endométriose et le mode réactionnel qu’elle évoque.

Les médicaments que je prescris le plus fréquemment sont ACTAEA RACEMOSA 9 ou 15 CH, THUYA 9 ou 15 CH, NITRICUM ACIDUM 9 ou 15 CH, FOLLICULINUM 15 CH, IGNATIA 9 ou 15 CH, MAGNESIA PHOSPHORICA 9 CH..

-l’acupuncture est un atout précieux dans la prise en charge des dysménorrhées

-une consultation psychologique est parfois indiquée  dans cette pathologie chronique.

 

Pour en savoir plus sur cette pathologie

info-endométriose.fr; www.oz2020.com; www.endomind.fr