UN HOMME , UNE FEMME et le CORONAVIRUS

LE CORONAVIRUS FAIT LA DIFFERENCE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES!

La Covid 19 ne touche pas indifféremment les hommes et les femmes. Et ce n’est pas une question d’éducation!

L’homme plus touché par les formes graves

Une étude rapportée dans la revue Nature Communications constate qu’il y a 3 fois plus de risque lorsqu’on est un homme et qu’on contracte la Covid 19, d’être admis en réa que lorsqu’on est une femme. La mortalité est aussi plus élevée chez les hommes.

Peckham, H., de Gruijter, N.M., Raine, C. et al. Male sex identified by global COVID-19 meta-analysis as a risk factor for death and ITU admission. Nat Commun 11, 6317 (2020). https://doi.org/10.1038/s41467-020-19741-6

L’hypothèse émise est triple:

-une hypothèse immunologique , avec un défaut d’activité des interférons de type I (IFN1) chez les hommes, ce qui baisse les défenses anti-virales. 15% des formes graves de Covid seraient liées à un défaut d’activité de l’IFN1.

Les interférons sont de petites molécules produites naturellement par l’organisme appartenant à la famille des cytokines, capables d’organiser la défense en cas d’agression.

Il est connu depuis les années 1940 que les femmes ont la faculté de développer plus d’anticorps que les hommes. Elles se défendent mieux contre les maladies infectieuses, mais ont tendance à développer plus de maladies auto-immunes, conséquence de cet excès de réactivité immunologique (polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques par exemple)

-une hypothèse hormonale, les oestrogènes favorisent la production d’IFN 1. Les femmes sont plus sujettes aux maladies auto-immunes en raison de cette augmentation des facteurs immunitaires. La femme ménopausée est moins protégée.

-une hypothèse génétique.

Le chromosome X porte le gène des récepteurs TLR7. Il s’agit de Troll-Like-receptors qui jouent un rôle dans la défense antimicrobienne et en particulier anti-virale.

La femme plus sujette au Covid long

Les formes de Covid long sont représentées par la présence de symptômes des semaines à des mois après les premières manifestations. Cela représenterait 20% des patients après 5 semaines et 10% après 3 mois. L’expression est polymorphe, douleurs articulaires, anxiété, troubles digestifs, troubles cutanés, fatigue, palpitations, oppression thoracique…

Une étude anglaise rapporte une augmentation de symptômes persistants des mois après le Covid ches les femmes, les personnes âgées et les personnes qui ont présenté un plus grand nombre de symptômes dans la première semaine de la maladie.

Sudre C H et al: Attributes and predictors of Long-COVID: analysis of COVID cases and their symptoms collected by the Covid Symptoms Study App doi: https://doi.org/10.1101/2020.10.19.20214494 MedRxiv, 21 Octobre 2020

Le coronavirus et cette pandémie vont nous aider à comprendre les différences d’immunité entre les hommes et les femmes, avec sans doute des applications pratiques en terme de prise en charge.

Au moins un bénéfice secondaire!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s